Présidentielle 2022 : Marine Le Pen appelle Eric Zemmour à rallier sa candidature

RASSEMBLEMENT La candidate du Rassemblement national estime que « la mue de polémiste à candidat » ne s’est pas faite

20 Minutes avec AFP
— 
Le déplacement de la candidate du RN à Vesoul s'est mieux passé que celui d'Eric Zemmour à Marseille.
Le déplacement de la candidate du RN à Vesoul s'est mieux passé que celui d'Eric Zemmour à Marseille. — Alain ROBERT/SIPA

La candidate RN à l’Elysée Marine Le Pen a appelé dimanche le polémiste Eric Zemmour à se rallier à sa candidature, estimant qu’il n’était pas en mesure de battre Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022. « De manière générale, la mue de polémiste en candidat à la présidentielle ne s’est pas faite », a-t-elle affirmé au grand jury LCI/RTL/Le Figaro. Il « n’a pas l’air très à l’aise dans cet exercice », a-t-elle ajouté, en allusion au déplacement chahuté du polémiste à Marseille qui s’est terminé par un échange de doigts d’honneur avec une habitante.

Eric Zemmour, qui pourrait annoncer sa candidature à l’Elysée dans les tout prochains jours, s’est lancé en septembre dans la pré-campagne « sur une promesse qui était celle de pouvoir battre Emmanuel Macron et donc de rassembler plus largement que moi. Cette promesse, aujourd’hui, clairement, elle n’est pas tenue », a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen devant Eric Zemmour dans les sondages

« Oui, bien sûr », a répondu Marine Le Pen à la question « appelez-vous Eric Zemmour à vous rejoindre ? ». « Il est maintenant clair que s’il n’est pas candidat je serais devant Emmanuel Macron au premier tour. Compte tenu du fait qu’au second je suis donnée à 46 %, je pense que la famille nationale a la possibilité de gagner », a-t-elle ajouté, en référence au dernier sondage Ifop-Fiducial publié dimanche dans Le JDD.

Selon elle, Eric Zemmour « n’apporte pas une plus-value supplémentaire à nos idées. Je crois donc qu’il est temps de faire maintenant le rassemblement ». Dans un sondage Ifop/Fiducial pour le Journal du dimanche et Sud-Radio, Emmanuel Macron (stable, entre 25 et 28 %) et Marine Le Pen (entre 19 et 20 %) seraient toujours en tête si l’élection présidentielle avait lieu dimanche, alors que le candidat putatif Eric Zemmour perd deux à trois points en trois semaines (entre 14 et 15 %).