Coronavirus : Troisième dose, télétravail… Ce que pourrait annoncer le gouvernement à l’issue du Conseil de défense

EPIDEMIE Pour lutter contre la progression « fulgurante » de la cinquième vague de l’épidémie de Covid-19, le gouvernement devrait décider, ce mercredi, de nouvelles mesures

Manon Aublanc
— 
Un conseil de défense sanitaire doit avoir lieu ce mercredi, le 24 novembre 2021, pour décider de nouvelles mesures.
Un conseil de défense sanitaire doit avoir lieu ce mercredi, le 24 novembre 2021, pour décider de nouvelles mesures. — Thibault Camus / POOL / AFP
  • Plus de 30.000 cas de contamination ont été enregistrés en vingt-quatre heures, ce lundi, et près de 6.000 classes sont fermées dans les écoles françaises, a annoncé Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, le même jour.
  • Pour tenter d’enrayer la flambée épidémique qui touche la France depuis plusieurs semaines, le gouvernement va plancher, ce mercredi lors du Conseil de défense, sur de nouvelles mesures visant à freiner le rebond épidémique.
  • Dose de rappel pour tous, renforcement des gestes barrières, retour du télétravail massif… 20 Minutes fait le point sur les annonces que pourrait faire l’exécutif.

Plus de 30.000 cas positifs en vingt-quatre heures, près de 6.000 classes fermées dans les écoles… Face au rebond de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement se réunit, ce mercredi à l'Elysée,  à l'occasion d'un nouveau Conseil de défense afin de décider d’éventuelles mesures sanitaires supplémentaires. Troisième dose pour tous, renforcement du port du masque et des gestes barrières, retour du télétravail massif, retour des jauges… 20 Minutes fait le point sur les annonces que pourrait faire l’exécutif pour tenter d’enrayer la progression « fulgurante » de la cinquième vague épidémique.

Une troisième dose pour tous ?

La question de la généralisation de la troisième dose à l’ensemble des citoyens de plus de 18 ans, dont le schéma de vaccination complet remonte à plus de six mois, sera au menu des discussions, a confirmé Olivier Véran, mardi. Le gouvernement va « aborder la question de l’extension de la troisième dose du vaccin, considérant les recommandations que nous avons obtenues des différentes autorités scientifiques et sanitaires », a-t-il indiqué. Actuellement, la dose de rappel concerne seulement les plus de 65 ans, les personnes à risques de formes graves de la maladie, ainsi que les soignants. Pour les 50-64 ans, le rappel sera disponible à partir du 1er décembre. Et vendredi, la haute autorité de santé (HAS) a préconisé d’abaisser l’âge à 40 ans. Le Conseil scientifique et le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV), eux, sont allés plus loin, recommandant d’étendre la troisième dose à l’ensemble de la population pour « freiner l’épidémie et réduire le nombre de formes graves ». Un avis avec lequel le chef de l’Etat semble d’accord : « Je ne serais pas étonné qu’on aille progressivement vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes qui ont été vaccinés, c’est le sens de l’histoire », avait déclaré Emmanuel Macron, vendredi dernier.

Associer le pass sanitaire à la dose de rappel ?

L’un des autres enjeux de ce Conseil de défense, c’est le conditionnement du pass sanitaire à la dose de rappel. A partir du 15 décembre, pour les plus de 65 ans, l’obtention du pass sanitaire sera conditionnée à la troisième dose. Une mesure que voudrait même avancer le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy. Ce dernier a assuré, lundi, avoir « poussé » pour avancer cette date au « milieu de la semaine prochaine ». Reste à savoir si le gouvernement envisage d’associer la dose de rappel au pass sanitaire pour toutes les tranches d’âges concernées.

Renforcement des gestes barrières

Actuellement, le port du masque n’est plus obligatoire en extérieur et dans les lieux soumis à la présentation du pass sanitaire, sauf exceptions, comme les musées, les transports ou les établissements de santé, pour n’en citer que quelques-uns. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre les exceptions par lieux ou par régions, si l’on est en extérieur ou en intérieur, le règle du port (ou non) du masque n’est pas toujours très claire.

Pour en finir avec la confusion voire l'incohérence, le gouvernement pourrait donc, selon l'AFP, décider de rendre à nouveau le masque obligatoire dans certains lieux, comme les centres-villes, les zones commerciales ou les marchés. L’exécutif pourrait également se pencher sur la question du retour des jauges dans certains lieux publics, comme les boîtes de nuit ou les salles de concert.

Retour massif du télétravail ?

Le télétravail massif va-t-il faire son grand retour ? C’est en tout cas ce que préconise le Conseil scientifique, dans son avis rendu ce lundi. Mais du côté du gouvernement, l’option ne semble pas tout à fait sur la table. Déplorant dernièrement « un certain relâchement » dans l’application des gestes barrières, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a appelé les entreprises, lundi, à se « remobiliser » sur le respect des gestes barrières, et notamment le port du masque, pour éviter « des contraintes plus fortes ».

Interrogée sur un possible durcissement des règles en matière de télétravail si la situation se dégrade, elle a indiqué qu’il n’était pas possible « d’exclure par principe des réponses pour la suite ». Une option à laquelle s’est opposé le Medef. Son président, Geoffroy Roux de Bézieux, a déclaré mardi sur BFMTV être contre l’obligation du télétravail. Il a aussi estimé que la décision prise par la Belgique sur le sujet « était une erreur ».

Vers un couvre-feu ou un confinement ?

Pour le moment, l’instauration d’un couvre-feu ou d’un reconfinement ne sont pas à l’étude, a fait savoir une source gouvernementale à l’AFP. « Mais compte tenu de ce qui se passe chez nos voisins proches, on ne peut pas l’écarter », prévient dans Le Parisien le professeur Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, qui se dit « très étonné par la brutalité de cette vague ».