Coronavirus : Le Medef s’oppose à l’obligation de télétravailler

ENTREPRISE En Belgique, face à la recrudescence de l’épidémie, le gouvernement a décidé de rendre le télétravail obligatoire quatre jours sur cinq partout

20 Minutes avec AFP
— 
Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, début juin 2021, à Paris.
Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, début juin 2021, à Paris. — Jacques Witt

Le Medef est opposé à ce que le télétravail soit rendu obligatoire, a indiqué son président, Geoffroy Roux de Bézieux, ce mardi, incitant les chefs d’entreprise à se « remobiliser » sur le sujet.

« Il faut laisser le dialogue social de proximité se faire », a déclaré le président du Medef sur BFMTV/RMC, ajoutant qu'« il y a beaucoup d’entreprises qui ont signé des accords ».

Frustration pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler

« Les chefs d’entreprise peuvent se remobiliser sur le télétravail, mais pas d’obligation », a ajouté le dirigeant de la première organisation patronale française. Il considère que la décision prise par la Belgique face à la recrudescence de l’épidémie de rendre le télétravail obligatoire quatre jours sur cinq partout où c’est possible « est une erreur ».

Selon Geoffroy Roux de Bézieux, le télétravail « crée parfois un sentiment d’incompréhension et de frustration pour ceux qui ne peuvent pas télétravailler ». « Je vois beaucoup d’entreprises industrielles qui demandent à leurs cadres administratifs de ne pas télétravailler pour créer un sentiment d’égalité entre ceux qui sont postés à la chaîne ou ailleurs et ceux qui peuvent télétravailler », a-t-il expliqué.