Guadeloupe : Emmanuel Macron appelle au calme et dénonce des « manipulations »

VIOLENCES URBAINES La Guadeloupe connaît depuis quelques jours de violents heurts autour du mouvement antivaccin

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron, le 12 novembre 2021 à l'Elysée (illustration).
Emmanuel Macron, le 12 novembre 2021 à l'Elysée (illustration). — ISA HARSIN/SIPA

Face à « une situation très explosive » en Guadeloupe, en proie à des violences urbaines, Emmanuel Macron a assuré de la « solidarité » de la nation, ce lundi, et a demandé à « ne rien céder au mensonge et à la manipulation ».

Le chef de l’Etat a assuré, en marge d’une visite à Amiens (Somme), qu’il y avait en Guadeloupe « une adhésion croissante à la vaccination », malgré l’opposition d’une « toute petite minorité », « très active ».

Le gouvernement « mobilisé »

« On ne peut pas utiliser la santé des Françaises et des Français pour mener des combats politiques » et « il faut que l’ordre public soit maintenu », a-t-il soutenu, alors que l’île antillaise est secouée par un mouvement ayant pour origine la contestation de l’obligation vaccinale des soignants, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences.

« Il y a une situation qui est très explosive, qui est liée à un contexte très local, à des tensions qu’on connaît et qui sont historiques et aussi à certains intérêts qui cherchent un peu à utiliser ce contexte et l’anxiété », a estimé le président de la République. « Le gouvernement est mobilisé », a-t-il assuré, précisant que les ministres des Outre-mer, Sébastien Lecornu, et de l’Intérieur, Gérald Darmanin, « ont dirigé eux-mêmes la cellule de crise samedi », « en suivi direct » avec « le préfet qui représente le gouvernement sur place ».

Une réunion à Matignon

Le Premier ministre, Jean Castex, doit tenir ce lundi à 18h une réunion à Matignon en présence des deux ministres, du ministre de la Santé, Olivier Véran, ainsi que des élus guadeloupéens. « La Nation est en solidarité », a répété le chef de l’Etat, citant « les soutiens, les moyens, les matériels, les lits » déployés « quand c’était nécessaire » sur l’île antillaise.

Emmanuel Macron s’est encore félicité que « les Guadeloupéens (aient) adhéré progressivement, et de plus en plus, à la vaccination », en se réjouissant qu’ils aient, « comme l’ensemble de nos ultramarins, (…) compris que c’était la solution », et en demandant par ailleurs à retrouver « dans le calme et le respect de chacun (…) la quiétude et l’ordre public ».