Présidentielle 2022 : Yannick Jadot espère le « rassemblement » de la gauche en janvier autour de son nom

UNION Le candidat redit « aux socialistes comme à tous les progressistes » que c’est autour du « projet écologiste, qu’une dynamique de rassemblement doit s’enclencher »

20 Minutes avec AFP
— 
Anne Hidalgo et Yannick Jadot, à Paris le 17 avril 2021 (illustration).
Anne Hidalgo et Yannick Jadot, à Paris le 17 avril 2021 (illustration). — ISA HARSIN

Tous ensemble mais derrière moi. Yannick Jadot repasse à l’offensive pour inciter à l’union de son camp en 2022. Le candidat écologiste à la présidentielle « espère » un « rassemblement » de la gauche en janvier derrière sa candidature, et juge la victoire possible, explique-t-il dans une interview au Journal du Dimanche.

« Je dis aux socialistes comme à tous les progressistes : rejoignez-nous ! Construisons ensemble l’alternance à un quinquennat de renoncement écologique, de régression sociale et d’affaissement démocratique », lance-t-il avant de faire part d’un vœu : « En janvier, j’espère que nous nous donnerons collectivement les moyens d’un rassemblement ».

Anne Hidalgo veut aussi rafler la mise à gauche

Pour Yannick Jadot, « les Français attendent des solutions à la hauteur des défis du climat, du vivant, de la santé et de leur exigence de justice sociale. C’est donc autour de notre projet, du projet écologiste, qu’une dynamique de rassemblement doit s’enclencher ».

Aux critiques de la candidate PS Anne Hidalgo, qui affirme être la seule à concilier l’impératif écologique avec la justice sociale, le candidat vainqueur de la primaire écolo réplique que « les écologistes n’ont pas de leçon à recevoir ». « Nous sommes les seuls », plaide-t-il, « à engager avec ambition les chantiers de réduction de dépenses contraintes : sur le logement, les transports, l’électricité et le chauffage, l’alimentation… L’écologie est la meilleure alliée du pouvoir d’achat comme elle l’est de l’emploi. Nous portons la revalorisation des salaires dans le privé comme dans le public. L’école et l’hôpital public sont au cœur de notre grand plan de réparation du pays ».

« Une campagne réussit quand son projet résonne avec l’opinion publique, qu’il répond aux préoccupations des Français, qu’il ouvre une nouvelle page de notre récit national », décrit encore le candidat : « Je ne vois que l’écologie pour nous réconcilier avec notre avenir et entre nous. Avec Zemmour, le seuil d’entrée au second tour a baissé. Il y a une perspective de victoire écologiste et sociale. On peut gagner ».