Cannes est-elle ultra-privilégiée et moins « représentative » que Sceaux ?

GUERRE DES MAIRES Le président de la région Paca prend fait et cause pour le maire UDI des Hauts-de-Seine contre celui (LR) des Alpes-Maritimes pour la présidence de l’Association des maires de France

Fabien Binacchi
— 
Cannes est « contrastée » et ne se résume pas aux palaces de la Croisette, selon son maire
Cannes est « contrastée » et ne se résume pas aux palaces de la Croisette, selon son maire — Mandoga Media/Sipa USA/SIPA
  • Renaud Muselier, le président de la région Paca, a affirmé plusieurs fois que la ville de Cannes n’était pas représentative de toutes les villes de France, avant l’élection ce mardi et mercredi du prochain président de l’Association des maires de France.
  • Il a ainsi appelé à voter pour le maire UDI de Sceaux, Philippe Laurent.
  • Finalement, Cannes est-elle une ville plus riche que celle des Hauts-de-Seine ?

Le 27 octobre sur BFM TV, Renaud Muselier lançait la première salve : « Vous croyez que le maire de Cannes est représentatif de tous les maires de France ? Ce n’est pas le festival et le tapis rouge tous les jours. » Pour l’élection du prochain président de l'Association des maires de France (AMF), prévue ce mardi et mercredi, le patron LR de la région Paca a choisi. Et il appelle clairement à voter contre David Lisnard, pourtant son voisin et du même parti que lui. L’édile, dont il déplore l’absence de soutien lors des élections régionales, serait, selon lui, à la tête d’une ville ultra-privilégiée, loin d’être représentative.

Et il a réaffirmé ses propos lundi, dans un courrier adressé aux élus locaux, qui voteront pour élire le patron de l’AMF. En plus d’encourager la candidature de Philippe Laurent, le maire UDI de Sceaux, en banlieue parisienne, dont il assure qu’il est « porteur d’un projet cohérent, lucide et structuré », Renaud Muselier a remis un coup sur le candidat Les Républicains. « Je vous affirme que le maire de Cannes, du haut de son tapis rouge, niché dans son Palais des festivals, ne pourra jamais comprendre ce que vous et vos concitoyens vivez au quotidien dans vos territoires, dans le monde réel », écrit-il.

Pour le président de la région, la sixième ville la plus peuplée de Paca avec 73.965 habitants en 2018, internationalement connue pour son festival du film, serait donc réservée à une seule classe sociale et trop éloignée des réalités du terrain. Beaucoup plus que la commune de Sceaux et ses 19.606 âmes, selon lui. Une vision caricaturale ? Dans les faits, certains indicateurs montrent une version de Cannes moins « pailletée » que celle décrite par Renaud Muselier, et beaucoup plus « contrastée », comme aime à le rappeler David Lisnard.

David Lisnard, maire LR de Cannes, le 11 juin 2021
David Lisnard, maire LR de Cannes, le 11 juin 2021 - L. Urman / SIPA

Un taux de pauvreté près de trois fois plus important à Cannes qu’à Sceaux

Dans un post Facebook, ce mardi, il évoque une « ville mosaïque », « bien loin des clichés que certains voudraient lui faire coller à la peau ». Il l’avait déjà dit, dernièrement, lors de l'attaque de policiers devant le commissariat de la ville. Et aussi dans une série de tweets adressée à Emmanuel Macron. Interviewé, le président de la République avait assuré qu’il « est plus facile de décentraliser quand on est à Cannes qu’à Marseille, parce que les gens ne sont pas les mêmes ». Mais pour le maire, le chef de l’Etat « ne connaît manifestement que les quartiers riches de notre ville et ne voit que la belle exposition événementielle », mais « Cannes a un taux de pauvreté de 6 points supérieurs à la moyenne nationale, 19,7 % contre 13,8 %, et une sociologie complexe ».

Les données de l’Insee sont claires. A Cannes, où les palaces et les immeubles cossus du boulevard de la Croisette et de la colline de la Californie cohabitent avec des quartiers beaucoup plus populaires, le taux de pauvreté enregistré est le deuxième plus important des Alpes-Maritimes, juste derrière Nice, qui frôle les 21 %. Du côté de Sceaux, il n’est que de 7 %. Et les salaires y sont beaucoup plus importants. Selon les calculs du Jounaldunet.com s’appuyant sur les chiffres de l’Insee, les Scéens gagnaient en moyenne 4.803 euros nets par mois en 2019, contre 2.251 euros pour les Cannois.

Davantage de HLM à Sceaux et beaucoup plus de résidences secondaires à Cannes

La municipalité des Hauts-de-Seine affiche par contre une importante part de HLM. Début 2020, selon les données de la préfecture, elle en comptait 27 % parmi son parc de 8.556 résidences principales. Même si elle n’atteint pas les 25 % requis par la Loi Solidarité et renouvellement urbain, la ville de Cannes affiche « le plus fort taux des communes du littoral azuréen et le quatrième plus important des villes du département des Alpes-Maritimes en termes de création de logements sociaux », avance la ville azuréenne. Avec « 7.271 logements sociaux, soit 17,40 % » des habitations à l’année.

La cité cannoise est marquée en revanche par un nombre impressionnant de résidences secondaires. Selon les chiffres de l’Insee, en 2018, elles représentaient 45,1 % de l’offre globale. Très au-delà des chiffres enregistrés à Sceaux (3,6 %) et même en France (10 %).