Présidentielle 2022 : Yannick Jadot veut interdire la chasse le week-end et pendant les vacances

TOUT UN PROGRAMME Le candidat écologiste souhaite permettre de partager l’espace rural pendant la saison de la chasse, et s’est prononcé pour l’étourdissement des animaux avant l’abattage rituel

20 Minutes avec AFP
— 
En septembre, les chasseurs manifestaient pour ne pas voir leurs droits rognés.
En septembre, les chasseurs manifestaient pour ne pas voir leurs droits rognés. — Mathieu Pattier/SIPA

C’est en train de devenir un sujet annexe de la campagne présidentielle. Alors que Fabien Roussel s’est récemment rangé du côté des chasseurs, le candidat écologiste Yannick Jadot a pris le parti des promeneurs ce vendredi matin sur BFMTV et RMC. « J’interdirai la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires, je veux qu’on puisse se balader dans la nature », annonce-t-il, justifiant la mesure par les nombreux accidents de chasse touchant des particuliers.

« Les trois quarts des personnes qui vivent dans la ruralité n’osent pas aller se promener le dimanche quand il y a des tirs de fusil, ce n’est pas normal », s’est insurgé Yannick Jadot, citant l’exemple d’un «  promeneur (jeudi) en Haute-Savoie, qui a pris une balle à côté d’un cimetière ». Selon l’eurodéputé, « 70 % des chasseurs viennent des villes », alors que « la ruralité c’est le plaisir des paysages, de pouvoir randonner, faire du vélo, se balader avec son chien sans avoir peur qu’il se fasse shooter ».

Emmanuel Macron « sous influence des lobbies »

Le candidat a aussi répété qu’il interdirait la chasse à courre et toutes les chasses « cruelles », dénonçant leur autorisation par Emmanuel Macron, à ses yeux « sous influence des lobbies de la chasse ».

En France, la chasse ne peut se pratiquer qu’avec un permis, dans une période définie par le préfet en automne et en hiver. En 2000, une journée hebdomadaire sans chasse, le mercredi, avait été imposée au niveau national avant d’être abrogé, laissant aux préfets la discrétion de la mettre en place ou non sur leur territoire. La proposition de Yannick Jadot serait donc un bouleversement important de calendrier, pour permettre de partager l’espace public entre chasseurs et riverains lors de la saison de la chasse.

L’écologiste a aussi été interrogé sur l’abattage rituel, utilisé pour les viandes kasher et hallal. Après avoir estimé qu'« Aucune tradition ne justifie de faire souffrir les animaux », son entourage a précisé qu’il n’était pas pour une interdiction pure et simple mais souhaite l’étourdissement des animaux avant l’opération.

« Pas de malentendu sur l’abattage rituel. Chaque religion peut avoir ses traditions mais personne ne peut s’affranchir des règles de bien-être animal, en particulier de l’étourdissement », a précisé peu après le candidat EELV dans un tweet, accompagné d’une courte vidéo filmée à la sortie des studios de BFMTV.