Coronavirus : Gabriel Attal espère « un hiver relativement serein »

EPIDEMIE La France a enregistré cette semaine 5.400 cas par jour en moyenne, soit « une hausse de près de 16 % sur une semaine »

20 Minutes avec AFP
— 
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. — JC Tardivon/SIPA

Grâce au taux de vaccination contre le coronavirus, qui permet « un meilleur contrôle » du virus, la France peut espérer passer « un hiver relativement serein », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, ce mercredi.

A l’issue du Conseil des ministres, il a confirmé « une reprise légère mais sensible » de l’épidémie. Le « taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes qu’une personne contaminée contamine à son tour, [est] à nouveau au-dessus de un », avec 5.400 cas détectés par jour en moyenne, soit « une hausse de près de 16 % sur une semaine », même si « nous partons d’un niveau faible », a-t-il ajouté.

Plus de 80 % des Français éligibles sont complètement vaccinés

« Le taux d’incidence dépasse à nouveau les 50 pour 100.000 habitants au niveau national et le seuil d’alerte a été franchi dans une quarantaine de départements », a-t-il ajouté, liant ces tendances au climat automnal.

A l’hôpital, « le nombre de personnes hospitalisées et de personnes en réanimation est désormais stable, il ne diminue plus », et « le nombre d’admissions progresse à nouveau ». Cependant, a souligné Gabriel Attal, « la couverture vaccinale a de quoi nous rendre optimistes : plus de 80 % des Français éligibles sont complètement vaccinés ».

Un rappel « indispensable et urgent » pour les plus fragiles

Elle « nous permet d’espérer un meilleur contrôle de l’épidémie et même un hiver relativement serein, parce que ce vaccin protège très efficacement et durablement contre les formes graves », a-t-il fait valoir.

Il a à cet égard de nouveau lancé un appel aux plus de 65 ans et aux plus fragiles à effectuer leur deuxième rappel, « indispensable et urgent ». Interrogé pour savoir si cette troisième dose pourrait devenir une condition afin de conserver un pass sanitaire valide, il a répété que le gouvernement se fonderait sur la recommandation que les autorités de santé rendront en la matière « dans les prochaines semaines ».