Grenoble : Eric Piolle dénonce une « surenchère de polémiques » de Gérald Darmanin

CRITIQUES Ce mercredi matin, le maire de Grenoble a vertement critiqué le ministre de l’Intérieur après ses propos concernant l’attaque de trois policiers à Lyon

20 Minutes avec AFP
— 
Eric Piolle, le maire de Grenoble.
Eric Piolle, le maire de Grenoble. — Olivier Juszczak/20Minutes

Le maire EELV de Grenoble Eric Piolle a accusé mercredi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin de faire « de la surenchère de polémiques » après ses propos enjoignant le maire de Lyon  Grégory Doucet à « sortir de l’idéologie et mettre des caméras de vidéo protection » là où il y a du trafic de stupéfiants.

« Nous sommes pragmatiques par rapport à » la vidéosurveillance, et « ce qui me frappe, c’est d’avoir un ministre de l’Intérieur qui fait de la surenchère de polémiques, polémique après polémique », a réagi Eric Piolle sur RMC.

Il a estimé que « contre le deal, cette stratégie ne marche pas », faisant valoir que « dans les endroits conflictuels » comme les points de deal, « ces caméras ne restent pas car elles sont dégradées immédiatement ». Rien que pour maintenir « les lampadaires, c’est déjà un combat permanent », a-t-il assuré.

« Aucun résultat » avec une « politique répressive »

A la « politique répressive » du gouvernement, qui n’a « aucun résultat » selon lui, Eric Piolle a opposé la nécessité d’une « politique de santé publique et de prévention » en matière de consommation de drogues, tout en « demandant des effectifs » de policiers.

« Les polémiques permanentes sur l’insécurité masquent une autre insécurité, sociale, réelle, et face au dérèglement climatique », a-t-il estimé.

Après que trois policiers de la brigade anti-criminalité (Bac) ont essuyé des tirs lundi soir dans le quartier de La Duchère, dans le 9e arrondissement de Lyon, Gérald Darmanin a déploré mardi l’absence de caméras dans ce quartier en assurant avoir adressé « trois fois » un courrier en ce sens au maire écologiste Grégory Doucet. Il faut « sortir de l’idéologie et mettre des caméras de vidéo protection » dans les endroits où il y a des trafics de stupéfiants, a-t-il estimé.

Grégory Doucet a répliqué que « 60 caméras » étaient déjà déployées et qu'« à l’exception de certaines poches, ça suffit pour couvrir l’ensemble du territoire ». Il y a « zéro caméra dans le secteur de Sakharov, 47 à La Duchère et 60 caméras dans la globalité » du 9e arrondissement de Lyon, a répondu la préfecture du Rhône.