François Bayrou ne veut plus de Jose Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne

POLITIQUE Le président du Modem le trouve trop «ultra-libéral» et à «la remorque des puissants gouvernants»...

Avec agence

— 

François Bayrou, le 17 mars 2009 à l'Assemblée nationale.
François Bayrou, le 17 mars 2009 à l'Assemblée nationale. — REUTERS/Charles Platiau

Un Français de plus qui se prononce contre Barroso. Dimanche, François Bayrou s'est déclaré opposé à la reconduction du Portugais à la présidence de la Commission européenne.

Trop ultra-libéral

«Nous considérons que la manière dont M. Barroso a gouverné la Commission européenne depuis cinq ans montre qu'il faut changer de président de la Commission européenne», a déclaré le président du Mouvement Démocrate, lors de la première convention européenne du Modem à Paris, sur «la France et l'Europe face à la crise». José Manuel Barroso «a été trop à la remorque des puissants gouvernants qui l'entouraient», et «son idéologie est trop ultra-libérale pour le monde dans lequel nous sommes entrés», a ajouté François Bayrou.

Dénonçant «l'alliance quotidienne» entre le PPE (conservateurs) et le PSE (socialistes) au Parlement européen, Bayrou a estimé qu'il fallait «combattre dans cette élection la connivence entre l'UMP et le PS».

Juncker, Verhofstadt ou Monti

La députée européenne Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem, suggère les noms de l'ex-Premier ministre belge Guy Verhofstadt, de l'ex-commissaire européen Mario Monti et du Premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, pour succéder à José Manuel Barroso, dans un entretien au «Journal du Dimanche». Le 26 mars, Jacques Delors s’était lui prononcé pour François Fillon ou Alain Juppé.