Marseille : Le plan Macron « sera d’un montant supérieur à un 1,5 milliard d’euros » selon le préfet Carrié

L'ADDITION Le préfet délégué à la mise en œuvre du plan d'Emmanuel Macron à Marseille, Laurent Carrié, a détaillé sa feuille de route et son calendrier lors d'une conférence de presse 

Mathilde Ceilles
— 
Laurent Carrié, préfet délégué au plan Macron à Marseille
Laurent Carrié, préfet délégué au plan Macron à Marseille — Nicolas TUCAT / AFP

Il n’est pas là pour mettre Marseille sous tutelle, assure-t-il, mais uniquement pour que « la mayonnaise prenne bien », selon ses propres termes. Ce jeudi, quelques jours seulement après sa nomination après des années de service comme conseiller à Matignon, le tout nouveau préfet ​délégué à l’égalité des chances en charge du plan « Marseille en grand » Laurent Carrié a détaillé lors d’une conférence de presse sa feuille de route. A commencer par le montant de ce plan, qui demeurait pour l’heure quelque peu obscur, malgré une récente visite du chef de l’Etat à Marseille.

Depuis la série d’annonces faites par le président de la République Emmanuel Macron depuis le Pharo début septembre, le chiffre d’1,5 milliard d’euros abondé par l’Etat pour mener à bien ce plan circulait en effet dans la presse. Un chiffre erroné, selon Laurent Carrié. « A Matignon, on n’a pas bien compris d’où sortait ce chiffre d’un milliard », sourit le nouveau préfet. Et d’ajouter : « Si on prend en compte les aides prévues en matière de sécurité, ou pour la rénovation des écoles, l’enveloppe globale sera d’un montant bien supérieur. »

La question des écoles bientôt tranchée

« Pour être précis, on est en train de faire un arbitrage sur un certain nombre de crédits, explique Laurent Carrié. Des financements étaient d’ores et déjà programmés, à travers le Copermo par exemple [pour les aides annoncées pour rénover l’AP-HM, N.D.L.R.]. » Pour les autres financements, ils devraient être intégrés dans la loi de finances 2022, dont la première partie a été adoptée par l’Assemblée nationale cette semaine.

Le montant total reste toutefois inconnu. Pour l’aide apportée à la rénovation des écoles, « le chiffre n’est pas stabilisé, affirme Laurent Carrié. On va y arriver dans les prochaines semaines. » Vendredi dernier, au matin de la visite du président de la République, le maire de Marseille Benoît Payan avait affirmé avoir remis le plan définitif du plan de rénovation des écoles au Premier ministre, et attendre désormais un « go » de l’Etat, et notamment des précisions sur l’aide financière du gouvernement.

Des aides supplémentaires sur les transports

Le préfet de région Christophe Mirmand, aux côtés de Laurent Carrié pour cette conférence de presse, a de son côté entrouvert la possibilité d’octroyer des aides plus importantes à la métropole en matière de transports que le milliard d’euros d’investissement promis par Emmanuel Macron lors de sa dernière visite. « La part de l’Etat pourrait être accrue dans le financement de projets visant à raccorder les quartiers Nord au centre-ville », explique-t-il.

Des financements qui s’inscrivent dans le long terme. « Les enveloppes s’étaleront sur une durée allant de cinq à huit ans », annonce Laurent Carrié. Selon le préfet, les chantiers prioritaires restent la question de la rénovation des écoles et les problématiques de mobilité, qui devront être fixées d’ici la fin de l’année, tandis que d’autres annonces, comme le développement d’une filière cinéma, sont encore au stade de simple projet.