Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg critique Emmanuel Macron et son « bilan désastreux » sur l’économie

CAMPAGNE L’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif n’a pas ménagé son successeur lors d’une interview sur France 3

20 Minutes avec AFP
— 
Avant de lancer la remontada de la France, Arnaud Montebourg doit monter dans les sondages.
Avant de lancer la remontada de la France, Arnaud Montebourg doit monter dans les sondages. — Lionel BONAVENTURE / AFP

Lancé dans la campagne présidentielle, Arnaud Montebourg a remonté les manches de sa marinière pour attaquer frontalement ses adversaires. Dans une interview sur France 3 dimanche, l’ancien ministre de l’Economie s’est payé son successeur devenu président, Emmanuel Macron. C’est naturellement sur ce terrain que le politicien apiculteur s’est attaqué au chef de l’Etat, dénonçant un « bilan désastreux » sur le plan économique.

Emmanuel Macron a « laissé tomber Alstom, démantelé Lafarge, Alcatel, Technip, Essilor, Suez, Engie, le dernier c’est Ariane déménagé en Allemagne », fustige Montebourg, présentant le locataire de l’Elysée comme « le président des financiers, pas de l’industrie », un « énarque du gratin ». Pire, l’ancien banquier aurait « détruit le made in France » cher à Montebourg. Conséquence, « il nous manque 1 million d’emplois industriels », diagnostique l’ancien du PS.

Une « remontada » mal engagée

« Il faut le mettre hors d’état de nuire », lance même Arnaud Montebourg, désignant son adversaire direct dans « la remontada de la France » qu’il a lancé. Mais avant de s’en prendre au président sortant, l’ex-socialiste va devoir opérer sa propre remontada dans les sondages, où il navigue entre 2 et 4 %.

Il a donc démonté en règle les propositions d’Anne Hidalgo, sa concurrente la plus directe, sur le doublement du salaire des enseignants ou la semaine de 32 heures, « nouvel ennemi de la feuille de paie ». Lui propose d’augmenter le SMIC et de réinvestir dans le nucléaire. Pas sûr que cela suffise pour se démarquer… et se qualifier au tour suivant.