La fin des thérapies de conversion votée par l’Assemblée nationale

LOI Chaque jour, « 20 minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut 

20 Minutes avec Brut
— 
L'Assemblée nationale, à Paris, le 4 novembre 2019.
L'Assemblée nationale, à Paris, le 4 novembre 2019. — Clément Follain / 20 Minutes

« Il n’y a rien à guérir. » L’Assemblée nationale a adopté ce mercredi à l’unanimité la proposition de loi contre les thérapies de conversion. Ces « thérapies », souvent liées à la religion, considèrent que les membres de la communauté LGBTQIA+ sont malades et doivent être soignés. Médication forcée, séances d’humiliations, mariages forcés, viols et excisions sont utilisés pour discriminer les victimes de ces systèmes.

« Ces pratiques abjectes sont réalisées par des personnes qui utilisent la religion ou un savoir prétendument scientifique pour justifier leurs actions. » a rappelé Laurence Vanceunebrock, la députée qui a porté le projet de loi. Si elle est adoptée par le Sénat, cette interdiction marquerait un tournant dans la lutte contre les discriminations des membres de la communauté LGBTQIA + et la France rejoindrait ainsi des pays comme l’Inde, l’ Allemagne et le Brésil dans cette interdiction. Découvrez le discours de la députée en charge du projet de loi dans la vidéo de notre partenaire Brut.