Primaire écologiste : Yannick Jadot sera le candidat de EELV à la présidentielle 2022

ELECTIONS Les résultats du second tour de la primaire écologiste qui voyait s’affronter Sandrine Rousseau et Yannick Jadot ont été annoncés ce mardi

F.F. avec AFP
— 
Primaire écologiste: Yannick Jadot remporte l'élection face à Sandrine Rousseau, avec 51,03% des voix — 20 Minutes

Fin du suspense chez les Verts. Yannick Jadot​ a remporté ce mardi le second tour de la primaire écologiste avec 51,03 % des suffrages, battant d’une courte tête l'« éco-féministe » Sandrine Rousseau, qui a recueilli 48,97 % des voix. « Dès ce soir, nous allons construire un rassemblement beaucoup plus large », a déclaré le candidat des Verts pour la présidentielle de 2022.

Ce résultat est sans aucun doute un soulagement pour de nombreux cadres d’EELV, qui se sont ralliés à l’eurodéputé dans l’entre-deux-tours, estimant qu’il avait le plus de chances de faire briller l’écologie à la présidentielle.

Imposer sa candidature à gauche

La participation a été de 85,41 % des 122.000 inscrits à cette primaire. Arrivé en tête du premier tour avec 27,7 % des voix, Yannick Jadot, considéré comme le favori, avait devancé de peu Sandrine Rousseau (25,14 % des voix). Cette dernière avait créé la surprise en se qualifiant au détriment de l’ex-ministre Delphine Batho (22,32 %), chantre de « la décroissance », et du maire de Grenoble Eric Piolle (22,29 %), qui défendait un « arc humaniste » pouvant rassembler toutes les forces de gauche.

Yannick Jadot a désormais pour défi de rassembler des écologistes que le premier tour avait grossièrement divisés en quatre blocs. Mais aussi d’imposer sa candidature au sein d’une gauche déjà bien pourvue en aspirants présidents, de l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon à la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo en passant par l’ancien ministre Arnaud Montebourg et le communiste Fabien Roussel.

Une primaire scrutée par toute la gauche

Aucun des deux challengers malheureux n’a donné de consigne de vote pour le second tour. Seul l’entrepreneur Jean-Marc Governatori, bon dernier au premier tour (2,35 %), a appelé à voter pour Yannick Jadot. Les deux finalistes divergent notamment sur la manière de porter l’écologie au pouvoir.

Tenant d’une ligne pragmatique, Yannick Jadot met en avant une écologie « de rassemblement » et « de gouvernement ». En face, Sandrine Rousseau défendait la « radicalité » et une écologie « qui transforme les modèles de production, sort du productivisme, de la société de consommation ». Le résultat est particulièrement scruté à gauche. Notamment au sein du Parti socialiste et de la France Insoumise qui espèrent, chacun, attirer les déçus de la primaire.