Primaire écologiste : Fin du suspense ce mardi pour Yannick Jadot et Sandrine Rousseau

VERDICT Le choix des écologistes sera connu à 17h30. Au premier tour, Yannick Jadot a recueilli 27,7 % des voix, juste devant Sandrine Rousseau (25,14 %)

20 Minutes avec AFP
— 
Primaire écologiste: Rousseau ou Jadot, qui va remporter l'élection ? — 20 Minutes

Les Verts à l’heure du choix. Plus que quelques heures en effet avant de savoir qui portera les couleurs des écologistes à la présidentielle de 2022. Ce mardi à 17h30 tombera le résultat du second tour de la primaire qui oppose l’eurodéputé Yannick Jadot à l’écoféministe Sandrine Rousseau.

Surtout, le résultat sera particulièrement scruté à gauche, notamment au sein du Parti socialiste et de la France Insoumise qui espèrent, chacun, attirer les déçus de la primaire. Mais pour l’instant, rien ne permet de prédire le choix des plus de 122.000 inscrits à ce vote, appelés depuis samedi à désigner, par un scrutin en ligne, leur candidat. Le résultat sera annoncé dans un bar-restaurant de Pantin en Seine-Saint-Denis), non loin des QG des deux finalistes : Yannick Jadot sur une péniche-bar, Sandrine Rousseau dans un restaurant solidaire formant des personnes éloignées de l’emploi.

Pas de consigne de vote

Arrivé en tête du premier tour avec 27,7 % des voix, Yannick Jadot, considéré comme le favori, a devancé de peu Sandrine Rousseau (25,14 % des voix). Cette dernière a tout de même créé la surprise en se qualifiant au détriment de l’ex-ministre Delphine Batho (22,32 %), chantre de « la décroissance », et du maire de Grenoble Eric Piolle (22,29 %), qui défendait un « arc humaniste » pouvant rassembler toutes les forces de gauche. Aucun des deux challengers malheureux n’a donné de consigne de vote pour le second tour. Seul l’entrepreneur Jean-Marc Governatori, bon dernier au premier tour (2,35 %), a appelé à voter pour Yannick Jadot.

Les deux finalistes divergent notamment sur la manière de porter l’écologie au pouvoir. Tenant d’une ligne pragmatique, Yannick Jadot met en avant une écologie « de rassemblement » et « de gouvernement ». En face, Sandrine Rousseau défend la « radicalité » et une écologie « qui transforme les modèles de production, sort du productivisme, de la société de consommation ».

Nombreux soutiens pour Jadot

Sur le papier, Yannick Jadot dispose de plus de soutiens de cadres EELV : les ex-candidates à la présidentielle, Eva Joly et Dominique Voynet, la députée européenne Karima Delli, le président du groupe écologiste au Sénat Guillaume Gontard, le député ex-LREM Aurélien Taché ou encore le maire de Bordeaux Pierre Hurmic. Sandrine Rousseau a reçu de son côté le soutien de figures féministes, telle la conseillère de Paris Alice Coffin et la cinéaste Céline Sciamma.

Mais comme le souligne le député ex-LREM Matthieu Orphelin, qui a rallié Yannick Jadot après avoir soutenu Eric Piolle, dans un parti adepte des retournements de situation, où le favori arrive rarement vainqueur (Cécile Duflot battue en 2016, Nicolas Hulot en 2011,…), «bien malin celui qui peut faire un pronostic ».