Présidentielle 2022 : Après le refus d’une primaire ouverte, Jean Leonetti inquiet du « repli sur soi » à LR

MISE EN GARDE Le choix de désigner le candidat à l’Elysée par l’option d’un congrès à deux tours pourrait, selon le maire d’Antibes, empêcher LR de gagner en 2022

20 Minutes avec AFP
— 
Jean Leonetti lors d'un congrès de LR en 2019 (illustration).
Jean Leonetti lors d'un congrès de LR en 2019 (illustration). — KONRAD K.

Alors qu’il était chargé de réfléchir au départage des candidats de droite à la présidentielle et plaidait pour une primaire ouverte, Jean Leonetti est désormais « inquiet ». Le maire LR d' Antibes met ainsi en garde après le choix samedi des adhérents de son parti de désigner leur champion dans la course à l’Elysée par l’option d’un congrès à deux tours.

« Nous avons choisi une procédure fermée à double tour : vis-à-vis des sympathisants comme des partis du centre, nos alliés historiques. On ne gagnera pas l’élection présidentielle sans le centre droit, qui représente un tiers de notre électorat », explique-t-il dans un entretien au JDD à paraître ce dimanche. Surtout, selon lui, « on ne gagne jamais une présidentielle en se repliant sur soi ».

« Le temps est un adversaire »

« Pour participer au congrès, il faudra être encarté, et cela suscitera des adhésions qui augmenteront la masse des militants. Mais si on a 60.000 votants le jour J, ce sera la moitié du nombre de participants à la primaire des Verts… », complète Jean Leonetti.

L’élu des Alpes-Maritimes appelle en outre à « trancher vite », soit avant la date du 4 décembre, le choix du candidat à droite. « Le temps est un adversaire (…). Il est dommageable d’attendre trop longtemps dans l’indécision, la division et le repli. Aujourd’hui, on parle plus d’Éric Zemmour que de nous, et Édouard Philippe est à la manœuvre pour rassembler les élus et militants de la droite et du centre. À force de décanter, on va déchanter ».

Xavier Bertrand en tête

Selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, Xavier Bertrand est considéré par les Français comme le candidat de droite le plus à même de battre Emmanuel Macron. 28 % des sondés voient l’ancien ministre de la Santé gagner face au chef de l’Etat, contre 8 % pour Valérie Pécresse et 5 % pour Michel Barnier. Chez les seuls sympathisants LR, Xavier Bertrand fait figure de favori avec 63 % des sondés l’estimant capable de battre le président de la République. Michel Barnier arrive en seconde position (11 %). Valérie Pécresse est troisième (8 %).

Mais selon l’enquête menée auprès d’un échantillon de 1.002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 55 % des personnes interrogées considèrent qu’aucun candidat de droite ne pourra battre l’actuel locataire de l’Elysée.