Elections municipales à Cholet : Gilles Bourdouleix finalement réélu maire

PARTIELLE L’élection municipale de 2020 à Cholet avait été annulée pour une irrégularité dans la constitution d’une des listes du second tour

20 Minutes avec AFP
— 
Le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix. (archives)
Le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix. (archives) — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Gilles Bourdouleix (DVD) a été officiellement réélu vendredi maire de Cholet pour un 5e mandat lors d’une élection municipale partielle, le scrutin de juin 2020 ayant été annulé par le Conseil d’Etat, a annoncé le site de la mairie du Maine-et-Loire. « Gilles Bourdouleix, tête de liste de l’équipe Cholet Passion, a été réélu maire de Cholet pour poursuivre son 5e mandat, avec 37 voix sur les 45 que compte l’assemblée délibérante municipale », indique la mairie.

Dimanche, la liste de Gilles Bourdouleix, 61 ans, était arrivée largement en tête avec 56,8 % des voix au premier tour. « Je tiens à remercier, une nouvelle fois, les Choletais pour leur confiance renouvelée envers l’équipe@CPassion2020. Nous espérons un travail constructif avec un respect réciproque et loin de tout climat nauséabond pour l’avenir de notre ville », a écrit Gilles Bourdouleix sur son compte twitter.

Des enquêtes visent la mairie

Le Conseil d’Etat avait annulé en juillet le résultat du précédent scrutin municipal en raison du non-respect de certaines dispositions du code électoral au second tour. Une des listes n’avait pas été constituée de manière régulière, avait jugé le Conseil d’Etat, portant atteinte à « la sincérité du scrutin ». En juin 2020, Gilles Bourdouleix, maire depuis 1995, avait été réélu avec 53,95 % des voix dans cette ville d’environ 53.000 habitants. La liste à l’origine de l’annulation du scrutin avait obtenu 46,04 %.

Par ailleurs, trois enquêtes préliminaires ont été ouvertes concernant la mairie de Cholet pour prise illégale d’intérêt, concussion, infractions à la réglementation sur les armes et faux et usages de faux, avait indiqué fin août le parquet d’Angers. Les trois enquêtes préliminaires, confiées à la police judiciaire d’Angers, avaient donné lieu à une journée de perquisition à la mairie le 18 août.