Primaire écologiste : Le candidat niçois Jean-Marc Governatori fait part de ses « gros doutes » sur le résultat

ELECTION Le coprésident de Cap écologie a récolté 2,35 % des voix quand ses concurrents dépassent tous 22 %

E. M. et F. Bi.
— 
Jean-Marc Governatori (candidat écologiste) sur la place Massena, à Nice.
Jean-Marc Governatori (candidat écologiste) sur la place Massena, à Nice. — SYSPEO/SIPA
  • Jean-Marc Governatori est arrivé bon dernier de la primaire écologiste ce dimanche, avec 2,35 % des voix.
  • « J’ai de gros doutes sur ce score, lâche-t-il. C’est impossible ! Cela voudrait dire que j’ai eu 25 bulletins par département ? Avec le réseau que j’ai et la campagne que j’ai menée ? », a-t-il réagi.

Le candidat niçois à la primaire écologisteJean-Marc Governatori en a gros sur le cœur. Celui qui « espérait être dans les deux premiers » est finalement arrivé bon dernier, avec 2,35 % des voix ce dimanche. Les quatre autres ont obtenu au moins 22 %. Et pour lui, c’est tout simplement impossible. « J’ai de gros doutes sur ce score, lâche-t-il. C’est impossible ! Cela voudrait dire que j’ai eu 25 bulletins par département ? Avec le réseau que j’ai et la campagne que j’ai menée ? », s’est-il étonné ce lundi auprès de 20 Minutes.

Arrivés premier et seconde, ce seront l’eurodéputé Yannick Jadot et l’économiste Sandrine Rousseau qui s’affronteront au second tour de la primaire du 25 au 28 septembre pour être le futur candidat écologiste à la présidentielle. De leur côté, ils ont respectivement obtenu 27,70 % et 25,14 % des voix des 122.670 participants.

Le Niçois soutiendra Yannick Jadot

Sans perdre de temps, Jean-Marc Governatori a contacté la société Neovote qui a organisé le scrutin pour qu’un « expert aille vérifier le système informatique ». Il développe : « J’ai participé à une douzaine d’élections en vingt ans et je n’en ai jamais contesté une. Mais là, je trouve ça très mystérieux. Et si je me suis engagé en politique, c’est pour combattre les injustices. Je demande alors à y voir plus clair. »

Contactée par Nice-Matin, l’entreprise Neovote balaie les soupçons du candidat qui ne sont, selon elle « pas sérieux » et « relèvent d’un fantasme total ». « Notre système est totalement fiable », a avancé un porte-parole cité par le quotidien régional.

En attendant, Jean-Marc Governatori a annoncé qu’il soutiendrait Yannick Jadot pour le second tour car, selon lui, Sandrine Rousseau serait « un problème » pour l’écologie dont « la gauche s’est emparée. »