L'UMP souffre aussi sur les européennes, et ne dévoilera ses listes qu'en avril

POLITIQUE Le parti présidentiel a repoussé la présentation de ses listes...

20minutes.fr

— 

Le ministre du Travail Xavier Bertrand a estimé lundi que la décision de deux magasins Castorama de renoncer à ouvrir le dimanche, en raison des astreintes qu'elles doivent payer, montrait la nécessité de changer une réglementation "à bout de souffle".
Le ministre du Travail Xavier Bertrand a estimé lundi que la décision de deux magasins Castorama de renoncer à ouvrir le dimanche, en raison des astreintes qu'elles doivent payer, montrait la nécessité de changer une réglementation "à bout de souffle". — Gerard Cerles AFP/Archives

 Il n'y a pas qu'au PS que c'est compliqué de faire des listes électorales! Joint par 20minutes.fr, le député européen Alain Lamassoure, en a eu la confirmation mercredi après son entrevue avec Xavier Bertrand: «l'UMP a décidé d'attendre la deuxième moitié d'avril pour présenter ses listes.» Le meeting de lancement de la campagne européenne prévu le 27 mars a donc été repoussé. La raison? Si la plupart des têtes de listes sont connues, selon le Figaro, ce sont les places suivantes qui posent problème.

Pourtant «ce ne sera pas plus facile maintenant que dans un mois», prévient Alain Lamassoure, qui se veut tout de même optimiste: «contrairement au PS, on n'est pas dans un parti qui est divisé sur la politique européenne, les souverainistes sont partis. Et on n'a pas de problèmes de courants, tout le monde ou presque est sarkozyste. Ne restent donc à ajuster que les équilibres régionaux».

Pour la circonscription compliquée du sud-ouest, derrière Dominique Baudis, c'est le flou. Ce qui a donné lieu à une réunion «initialement conçue pour lancer la campagne, mais où on, ne connaissait que la tête de liste», Dominique Baudis, raconte Alain Lamassoure, qui ne connait pas encore sa position sur la liste. La représentation de Bordeaux fait toujours débat, à tel point que Dominique Baudis a dit «partager le point de vue d'Alain Juppé», plutôt critique sur la composition des listes. «Et encore, en Aquitaine et en Midi-Pyrénées, Bordeaux et Toulouse sont des capitales régionales incontestées, précise Alain Lamassoure. Regardez en Languedoc-Roussillon! A côté de Montpellier, il y a d'autres villes importantes, et où l'UMP est forte, comme Nîmes, Béziers, Perpignan.» De quoi donner à réfléchir sur le sens de ces grandes circonscriptions, qu'Alain Lamassoure préfèrerait voir remplacées par les régions. Côté UMP pour éviter de donner une image de division, la parti va donc se donner le temps.