Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand propose un pacte de « dialogue » et de « respect » à LR

CONCESSIONS Mais le président de la région Hauts-de-France ne veut toujours pas participer à une primaire de la droite

20 Minutes avec AFP
— 
Xavier Bertrand lors de la cérémonie de clôture de Série Mania à Lille.
Xavier Bertrand lors de la cérémonie de clôture de Série Mania à Lille. — FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Xavier Bertrand, candidat ex-LR à l’élection présidentielle, a proposé ce vendredi à son ancien parti un pacte de « dialogue » et de « respect », même s’il refuse toujours de se plier à une primaire. « Je suis venu vous dire comment nous allons gagner cette élection », a lancé le président des Hauts-de-France lors des journées parlementaires de LR à Nîmes. « J’ai le devoir de faire gagner, je n’ai pas le droit de faire perdre », a ajouté Xavier Bertrand, le mieux placé à droite dans les sondages même si son avance sur Valérie Pécresse (ex-LR) s’est réduite ces dernières semaines.

« Je n’imagine pas un seul instant remporter cette élection sans le soutien, sans l’aide de ma famille politique », dans laquelle « je n’ai pas d’adversaire », a-t-il affirmé, promettant que « LR sera la large majorité de (sa) majorité ». Symbole de cette concorde affichée, une photographie du dîner de jeudi soir a été largement diffusée sur Twitter, rassemblant autour d’une même table les cinq candidats à la présidentielle : Valérie Pécresse, Michel Barnier, Eric Ciotti et Philippe Juvin, qui acceptent le principe de la primaire et sont intervenus jeudi à Nîmes, et Xavier Bertrand.

Un pacte de non-agression

« Les prémices d’une candidature commune ont été jetées hier », s’est félicité le patron des députés LR Damien Abad. Cette soirée « a été un marqueur d’une étape importante », a martelé Xavier Bertrand, car « on s’est parlé et au-delà des positions, on s’est rendu compte que c’est la même famille ». Dans cette logique il a proposé trois engagements : « qu’on dialogue ensemble et qu’on se voie », ensuite « qu’on se respecte en permanence et qu’on ne s’agresse jamais ». Il faut enfin « qu’on travaille ensemble autour du projet mené par Les Républicains », dont la trame est selon lui « clairement ce que les Français attendent ».

Le président des Hauts-de-France a cependant répété son opposition à la primaire, « machine à diviser » car « on cherche les différences qui deviennent des oppositions et cela complique le moment du rassemblement sincère ». LR doit trancher le 25 septembre sur le mode de désignation de son candidat. Xavier Bertrand a aussi défendu les trois axes de sa campagne : « Rétablissement de l’autorité, mise en place d’une société du travail et république des territoires. »