Présidentielle 2022 : Eric Zemmour aurait une centaine de promesses de parrainages, selon ses soutiens

ELECTION Le polémiste n’a, lui, toujours pas affiché ses intentions pour la présidentielle

M.P. avec AFP
— 
Une affiche d'Eric Zemmour collée dans Paris par un collectif de soutien.
Une affiche d'Eric Zemmour collée dans Paris par un collectif de soutien. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les soutiens d’Eric Zemmour affirment avoir recueilli pour le polémiste, qui n’a toujours pas affiché ses intentions pour la présidentielle, « une centaine » de parrainages d’élus pour 2022, alors que briguer l’Elysée nécessite de recueillir 500 signatures d’élus. « La centaine de promesses de signatures est intéressante et rassurante, elle assure un filtre pour éviter une candidature fantaisiste, qui ne serait pas celle de Zemmour », s’est réjoui Antoine Diers, porte-parole des Amis de Zemmour.

Mais l’éditorialiste du Figaro, qui anime aussi une émission sur CNews, n’a pas obtenu celle du maire de Béziers, Robert Ménard, proche du RN. Ce dernier a expliqué sur RTL jeudi que « son ami » ferait « une énorme bêtise » et risquerait d’aller au « désastre » s’il se présentait en 2022. « Eric c’est une machine à penser, une intelligence incroyable mais il faut qu’il se confronte au réel, a prévenu Robert Ménard. Il faut faire attention entre l’effervescence médiatique, le petit monde politique qui se gargarise de tout cela, et la réalité. »

Zemmour absent de l’université d’été

Les soutiens du polémiste entretiennent en outre le flou sur son éventuelle participation à une primaire de la droite, pour laquelle chaque candidat doit réunir 250 signatures. L’ancien patron de LR Laurent Wauquiez « renonce, la voie est libre pour Eric Zemmour ! », a écrit vendredi dans un communiqué l’association des Amis de Zemmour. Mais le polémiste, qui sera présent auprès de l’entrepreneur proche de François Fillon Rafik Smati ce week-end, n’ira pas finalement à l’université d’été, le 18 septembre, du député LR Julien Aubert, qui avait un temps envisagé de l’inviter.

Eric Zemmour doit auparavant comparaître le 8 septembre devant la justice pour « provocation à la discrimination » et « injures raciales » après des propos sur les migrants mineurs isolés. L’essayiste a prévu aussi de publier lui-même, le 16 septembre, un livre intitulé « la France n’a pas dit son dernier mot », que l’éditeur Albin Michel n’a pas voulu publier affirmant que Eric Zemmour voulait en « faire un élément clé de sa candidature » en 2022.