Présidentielle 2022 : Jean-Luc Mélenchon appelle les milieux populaires à voter ou «nous serons écrasés»

ELECTION Le leader de La France insoumise a déclaré ce jeudi qu'il s'agirait de sa «dernière candidature»

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon vote à Marseille, le 20 juin.
Jean-Luc Mélenchon vote à Marseille, le 20 juin. — CHAMUSSY/SIPA

Le candidat à la présidentielle de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, considère que « si les milieux populaires ne vont pas voter » à la présidentielle en 2022 « nous serons écrasés ».

Mais « si la participation atteint le niveau normal de 80 %, nous arrivons au second tour », ajoute Jean-Luc Mélenchon dans une interview ce jeudi au journal Le Dauphiné Libéré, alors que les Amphis d’été de LFI débutent pour quatre jours à Chateauneuf-sur-Isère (Drôme).

Des convergences avec Eric Piolle et Julien Bayou

Le chef de file des Insoumis précise qu'« il est évident que c’est ma dernière candidature », et qu’il est « le seul à ne pas organiser une carrière ».

Notant que le candidat à la primaire écologiste Eric Piolle, ou le secrétaire général des Verts Julien Bayou « reprennent » son idée de « fédération populaire », Jean-Luc Mélenchon souligne «des convergences, solides, entre de larges secteurs de l’écologie politique et surtout de l’écologie associative », qui « permettent d’imaginer une coalition gouvernementale après le second tour ».

Le pass sanitaire, « une illusion dangereuse »

« Mais il faut aussi assumer la vérité : nos divergences ne sont pas secondaires. Notamment sur l’Europe, sur les stratégies de défense et d’indépendance de la France, sur le système de retraite », ajoute-t-il. « Puisqu’il a été impossible de s’entendre avant l’élection, c’est aux électeurs de trancher ».

Sur un autre sujet, il fustige une nouvelle fois le pass sanitaire, « une illusion dangereuse pour notre société ». « Tout ça est organisé en dépit du bon sens. La rentrée scolaire n’est pas préparée pour faire face à la crise sanitaire », assure-t-il, estimant que pour la troisième dose de vaccin contre le Covid-19, « personne ne nous a prouvé quoi que ce soit au sujet de son utilité ».