Faux comptes LREM : Twitter et Telegram obligés de communiquer des informations sur l’administrateur

RESEAUX SOCIAUX Contrairement à ce que beaucoup pensent, la levée d'anonymat sur les réseaux sociaux est tout à fait possible

20 Minutes avec agence
— 
L'application Twitter sur un smartphone.
L'application Twitter sur un smartphone. — Matt Rourke/AP/SIPA

Le tribunal judiciaire de Paris a ordonné, le 13 août dernier, à Twitter et Telegram de communiquer au mouvement présidentiel LREM l’identité du propriétaire de deux comptes reprenant les caractéristiques des comptes officiels du parti politique. Stanislas Guerini, le délégué général de LREM, a expliqué au site Capital, recevoir « des remontées de militants qui croient avoir affaire à des canaux de communication officiels du mouvement, ce qui est générateur de confusion ».

Il s’agit d’un compte Twitter comptant 400 abonnés et d’un groupe Telegram recensant 1.500 inscrits, tous deux créés en 2019 et intitulés Pôle Central En Marche. En découvrant l’existence de ces deux comptes, le 4 février 2021, les responsables de La République en Marche ont tenté de joindre l’administrateur afin de clarifier avec lui la situation, mais en vain. En juin dernier, le parti a donc décidé de saisir la justice et d’assigner les sociétés Telegram Messenger LLP, Twitter INC et Twitter France SA pour obtenir son identité.

« La levée d’anonymat sur les réseaux sociaux est possible »

Estimant que « la reprise des caractéristiques des comptes officiels de LREM pouvait être parasitaire », le tribunal judiciaire de Paris a donné raison au mouvement politique et a ordonné à Twitter et Telegram de lui remettre toutes les informations permettant d’identifier le propriétaire de ces deux comptes. Une victoire pour l’avocate de LREM, Julie Jacob, pour qui cette décision « démontre que la levée d’anonymat sur les réseaux sociaux est possible ».

En réaction à cette décision, l’administrateur, qui refuse toujours de donner son identité, a rebaptisé ses comptes « Pôle Central E… M… ». Et reprenant des captures d’écran pour démontrer que le mouvement présidentiel laissait prospérer d’autres comptes reprenant les caractéristiques des comptes officiels LREM, il a dénoncé une « chasse aux sorcières unilatérale ».