Copé soutient Pécresse dans la primaire UMP pour les régionales

POLITIQUE Mauvais coup pour Karoutchi...

E.J., avec agence

— 

"L'abstention, c'est pour moi la négation même de l'engagement politique", a déclaré M. Copé, qui avait plaidé pour un vote à l'unanimité la veille à l'Elysée devant le chef de l'Etat et les présidents des groupes parlementaires, dont Jean-Marc Ayrault (PS).
"L'abstention, c'est pour moi la négation même de l'engagement politique", a déclaré M. Copé, qui avait plaidé pour un vote à l'unanimité la veille à l'Elysée devant le chef de l'Etat et les présidents des groupes parlementaires, dont Jean-Marc Ayrault (PS). — Stephane Danna AFP

Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, a apporté mercredi soir son soutien à Valérie Pécresse dans la primaire qui désignera le chef de file de l'UMP aux régionales en Ile-de-France. Lors d'une réunion publique à Meaux, dont il est maire, avec la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, il a loué le «potentiel fantastique» de Valérie Pécresse pour les régionales de 2010.

La semaine dernière, il avait accueilli dans sa ville Roger Karoutchi. Jean-François Copé avait salué  l'«exposé du passé et du présent, avec un détail assez complet des frais de communication, des gâchis» de la gestion socialiste de Roger Karoutchi. Mais il a pointé la «case manquante» dans la campagne de l'actuel ministre des relations avec le Parlement: «un message d'avenir».

Une case comblée par Valérie Pécresse selon lui: «Nous avons besoin d'un regard d'avenir pour l'Ile-de-France, et les messages que tu délivres sont construits et correspondent très exactement à ce que je peux souhaiter pour la suite». Il a appelé les militants à «se prononcer avec la lucidité qui s'impose quand il s'agit de renouveler les générations». Jean-François Copé avait brigué sans succès la présidence de la région en 2004, face au socialiste Jean-Paul Huchon.