Coronavirus : Les Antilles et le pass sanitaire au menu ce mercredi du Conseil de défense sanitaire

REUNION DE CRISE Emmanuel Macron, Jean Castex, Olivier Véran ou encore Sébastien Lecornu se réuniront à partir de 11 heures en visioconférence

20 Minutes avec AFP
— 
Une pharmacie pratiquant un dépistage Covid-19, à Montpellier le 9 août 2021.
Une pharmacie pratiquant un dépistage Covid-19, à Montpellier le 9 août 2021. — AFP

Le Conseil de défense sanitaire a un menu particulièrement chargé ce mercredi à 11 heures. Surtout, l’exécutif se retrouve une fois de plus sous pression dans la lutte contre le coronavirus. Présidé par Emmanuel Macron en visioconférence depuis Brégançon dans le Var, le Conseil traitera de la flambée des cas aux Antilles, de la vigilance dans le Sud, du pass sanitaire et aussi de l’évolution de la vaccination.

Jean Castex y assistera depuis Carcassonne, où il vient visiter le Centre hospitalier. Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, se connectera depuis la Guadeloupe, où il s’est envolé mardi. Olivier Véran (Santé), tout comme Alain Griset (PME), rejoint lui le chef de l’Etat au Fort de Brégançon avant de se rendre à son tour en Martinique jeudi.

La situation aux Antilles est le dossier numéro 1

Priorité du Conseil : la situation sanitaire « extrêmement grave » en Martinique et en Guadeloupe, a répété mardi soir le porte-parole Gabriel Attal. Le taux d’incidence « colossal » atteint plus de 1.700 cas pour 100.000 habitants en Guadeloupe. En Martinique ce chiffre est de 1.200 et un nouveau confinement strict a été mis en place avec fermeture des commerces non-essentiels, des locations saisonnières, des hôtels et des plages, alors que les touristes ont été invités à quitter l’île. Dans les deux îles antillaises, à peine 20 % de la population est complètement vaccinée, contre plus de 55 % en métropole. Sébastien Lecornu a d’ores et déjà évoqué un probable renforcement du confinement en Guadeloupe, deux jours après celui décidé en Martinique.

La situation en métropole, où le nombre d’hospitalisations (9.153 personnes) et de malades en services de soins critiques (1.712) continue à progresser, suscite également de sérieuses préoccupations, notamment dans le Sud. « Nous sommes sur un plateau haut, légèrement ascendant. Nous ne voyons pas encore le début de la descente, nous voyons en revanche l’impact sur les hôpitaux », a averti Gabriel Attal. Face au risque de saturation des hôpitaux, le plan blanc a été activé mardi en Nouvelle-Aquitaine, après la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, la Corse et l’Occitanie.

Le Conseil examinera également la mise en place contestée du pass sanitaire étendu, en vigueur depuis lundi et actuellement en « semaine de rodage ». Par contre, la distribution d’une troisième dose aux plus âgés et aux plus fragiles, annoncée par Emmanuel Macron, ne devrait pas encore faire l’objet d’une décision mercredi, « dans l’attente de l’avis des autorités sanitaires », selon l’Elysée.