Coronavirus : La cheffe des députés PS plaide pour la vaccination obligatoire, une « règle claire »

EPIDEMIE Les députés et les sénateurs socialistes s’étaient déjà prononcés en faveur de cette mesure mi-juillet

20 Minutes avec AFP
— 
Valerie Rabault, le 20 juillet 2021 à l'Assemblée nationale.
Valerie Rabault, le 20 juillet 2021 à l'Assemblée nationale. — Jacques Witt/SIPA

Sa position était déjà connue et n’a pas changé. Valérie Rabault, présidente du groupe PS à l’Assemblée nationale, a de nouveau plaidé ce mardi pour « la vaccination obligatoire pour tous les adultes », une « règle claire » afin d’atteindre l’immunité collective face au Covid-19.

Réitérant sur France Inter cette proposition formulée mi-juillet par les députés et les sénateurs socialistes, elle a fait valoir qu’il s’agirait là d'« une règle claire, qui peut être mise en œuvre de manière concertée et permettrait d’atteindre 90 % de la population vaccinée ».

Un pass sanitaire qui « oppose les Français »

Les caisses de l’Assurance maladie, qui « savent si oui ou non vous êtes vaccinés, appelleraient celles et ceux qui ne sont pas encore vaccinés et ont plus de 50 ans, puis entre 40 et 50 ans, etc. etc. », a-t-elle expliqué.

Valérie Rabault souligne ainsi son opposition au pass sanitaire mis en œuvre par le gouvernement, « qui n’est pas une bonne façon de faire puisque cela oppose les Français entre eux, les divise ».

Une « convergence des oppositions »

Elle a critiqué en outre un pass sanitaire contrôlé à l’entrée des établissements culturels et prochainement des restaurants « sans pièce d’identité », ce qui permet de frauder facilement et ne permettra pas d’atteindre « l’effet escompté », à savoir « faire reculer l’épidémie et avoir l’immunité collective la plus large possible ».

Ce pass sanitaire a en outre provoqué « une forme de convergence des oppositions, de ceux qui sont contre la vaccination, ceux qui sont vaccinés mais contre le pass sanitaire, et ceux dont la phase de vaccination n’est pas achevée et qui sont bloqués par le pass », a-t-elle estimé, interrogée sur les manifestations anti-pass qui ont rassemblé samedi plus de 200.000 personnes à travers la France, selon le ministère de l’Intérieur.