Allocution d'Emmanuel Macron : Olivier Faure raille le double discours de « Docteur Manu et Mister Macron »

CRITIQUES Le premier secrétaire du parti socialiste souligne que les promesses faites lors de la campagne électorale d’Emmanuel Macron ne sont pas toujours tenues

M.F avec AFP
— 
Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste.
Olivier Faure, premier secrétaire du parti socialiste. — Vincent Loison/SIPA

Olivier Faure décoche sa petite pique littéraire contre Emmanuel Macron. Interviewé vendredi sur Franceinfo, le premier secrétaire du parti socialiste a critiqué le discours changeant du Président de la République. Alors que la question se pose de savoir si le Ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti devra démissionner s'il était mis en examen ce vendredi, Olivier Faure a rappelé qu’Emmanuel Macron « quand il était candidat à l’élection présidentielle », avait soutenu que lorsqu’un ministre était mis en examen, il devait démissionner.

« Ce que j’observe, sur ce sujet-là [Eric Dupond-Moretti], comme sur les retraites, comme sur le pass sanitaire, c’est qu’il y a Docteur Manu et Mister Macron », a taclé le secrétaire du parti socialiste. Une référence à la double personnalité, bonne et mauvaise, du protagoniste du roman de Robert Louis Stevenson, L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde.

Un « discours variable selon les circonstances »

« Si on veut que les Françaises et les Français s’intéressent à nouveau à la vie politique, si on veut que la défiance ne l’emporte pas, il faut tenir ses engagements », assure-t-il, déplorant, de la part d’Emmanuel Macron, un « discours variable selon les circonstances et l’intérêt du chef de l’Etat ».

Sur les retraites, Olivier Faure a ainsi rappelé qu’au moment de la campagne présidentielle, Macron disait « 62 ans, on y reste, on n’y touchera pas ». Après le grand Débat, « il redit la même chose, que ce serait même hypocrite que de vouloir décaler l’âge légal de départ à la retraite », insiste le premier secrétaire. « Et aujourd’hui, on apprend que finalement, si, il fera cette réforme des retraites, et qu’il faudra reculer l’âge légal de départ à la retraite » à 64 ans, s’insurge-t-il.