Présidentielle 2022 : LR réunit ce mardi ses candidats potentiels

ELECTIONS La question d’une primaire à droite, ainsi que la liste de ses participants pourrait être tranchée

20 Minutes avec AFP
— 
(Illustration) Le chef de LR Christian Jacob.
(Illustration) Le chef de LR Christian Jacob. — Jacques Witt/SIPA

L’ombre de Xavier Bertrand va planer au-dessus de son ancien parti. Les Républicains se réunissent ce mardi autour de plusieurs candidats potentiels de la droite à l' élection présidentielle de 2022. L’objectif est de se mettre d’accord en amont du scrutin. Mais, premier problème, le président de la région Hauts-de-France ne sera pas de la partie et ce cavalier seul fait grincer des dents à droite.

Afin d’y voir plus clair sur les stratégies de chacun, le président de LR Christian Jacob, le président du Sénat Gérard Larcher et le maire d’Antibes Jean Leonetti, qui a été chargé d’une mission sur le « processus de rassemblement » des candidats potentiels en 2022, vont donc accueillir cette rencontre à partir de 15 heures dans un hôtel parisien « à huis clos ». Son lieu n’a pas été divulgué à la presse.

Michel Barnier prône l’unité

La droite a « un devoir d’unité ». « Personne ne nous pardonnerait la désunion et aucun d’entre nous (n’en) sortirait indemne », a mis en garde lundi sur Europe 1 l’ancien négociateur pour le Brexit et possible prétendant en 2022 Michel Barnier. Il sera d’ailleurs présent à la réunion. Sont également attendus le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et le maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) Philippe Juvin, tous LR, ainsi que la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui a quitté LR.

« C’est une première étape, un premier contact. Ce n’est pas une réunion décisionnelle », précise-t-on dans l’entourage de Christian Jacob qui, de son côté, va rencontrer Xavier Bertrand « dans les jours à venir ». Le président des Hauts-de-France a refusé en effet de participer à la réunion, son entourage rappelant qu'il ne voulait pas être candidat à une primaire. En revanche Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau la réclament.

La date butoir du 25 septembre

La réunion de ce mardi est convenue « pour que l’on puisse ensemble se parler, et c’est positif. Cela montre qu’il y a une volonté de rassemblement », a pour sa part commenté Bruno Retailleau.

Le parti a fixé le 25 septembre comme date butoir pour s’entendre. Si cette hypothèse optimiste ne se réalise pas, un congrès décidera à l’automne d’un processus de départage, malgré les réticences de la direction sur la primaire.