Vaccination des soignants, pass sanitaire, réforme des retraites... Ce que pourrait annoncer Emmanuel Macron lundi soir

ALLOCUTION Emmanuel Macron s’adressera aux Français, lundi soir à 20 heures, pour faire le point sur la situation sanitaire et tracer le cap de la fin de son mandat

Manon Aublanc
— 
Emmanuel Macron, le 16 avril 2019 lors de son allocution.
Emmanuel Macron, le 16 avril 2019 lors de son allocution. — Yoan VALAT / POOL / AFP
  • Alors que la sortie de crise est menacée par la dégradation de la situation sanitaire, due à la progression du variant Delta, Emmanuel Macron doit s’adresser aux Français lundi à 20 heures.
  • Cette allocution interviendra deux mois et demi après l’entretien donné le 29 avril par le chef de l’Etat, dans lequel il détaillait le calendrier du déconfinement.
  • L’Elysée n’a pas donné de détails sur le contenu de l’intervention, mais l’entourage d’Emmanuel Macron a récemment indiqué que son objectif était de définir le cap pour les dix derniers mois de la fin du quinquennat, en particulier sur des réformes comme celle des retraites.

Face à la dégradation de la situation sanitaire, notamment en raison de la progression du variant Delta, Emmanuel Macron s’adressera aux Français, ce lundi à 20 heures, et pourrait annoncer de nouvelles restrictions. Mais le chef de l’Etat devrait également en profiter pour définir le cap pour les dix derniers mois de la fin de son quinquennat, en particulier sur les réformes comme celle des retraites.

Vaccination des soignants, élargissement du pass sanitaire, voyages à l’étranger, port du masque en extérieur, réforme des retraites… 20 Minutes fait le point sur les sujets que pourrait aborder le président de la République lors de son allocution, quelques heures après le Conseil de défense sanitaire.

Vaccination obligatoire des soignants

Devenu le centre de tous les débats depuis plusieurs jours, la vaccination obligatoire des soignants pourrait bien devenir réalité lundi soir. Et pour cause, le taux de vaccination des soignants plafonne à 57 % dans les Ehpad et 64 % à l’hôpital, selon les derniers chiffres de la Fédération hospitalière de France (FHF). « Le taux de vaccination monte encore (chez les soignants), mais pas suffisamment vite (…). Si la vaccination est insuffisante, nous irons vers une vaccination obligatoire (chez les soignants), on se donne jusqu’à septembre », a déclaré Olivier Véran, le ministre de la Santé, fin juin sur Franceinfo.

Un avis partagé par le Conseil scientifique. Vendredi, l’instance, qui guide le gouvernement français pendant la pandémie de coronavirus, a préconisé « une obligation vaccinale pour les soignants », affirmant s’appuyer sur la « recommandation » du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Le gouvernement pourrait adopter, avant la fin juillet, un projet de loi qui inclut cette obligation.

Elargissement du pass sanitaire

Faudra-t-il bientôt montrer patte blanche pour manger au restaurant en intérieur ? La semaine dernière, le Premier ministre, Jean Castex, a demandé aux chefs des groupes parlementaires de réfléchir à l’extension du « champ d’application du pass sanitaire ». Actuellement, le pass sanitaire, qui consiste à présenter une preuve de vaccination, d’un test négatif de moins de 48 heures ou d’une contamination au Covid-19 d’au moins 15 jours et de moins de 6 mois, n’est obligatoire que pour les événements, intérieur et extérieur, de plus de 1.000 personnes.

Depuis ce vendredi, il est également obligatoire pour se rendre dans les discothèques qui ont rouvert. L’exécutif pourrait annoncer l’abaissement des jauges pour les événements déjà soumis au pass sanitaire, mais également l’élargissement aux salles de sport, aux lieux culturels, à certains commerces ou aux bars et aux restaurants en intérieur.

Voyages à l’étranger

Jeudi matin, par la voix de Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, le gouvernement a conseillé aux Français d’éviter de se rendre en Espagne ou au Portugal, où la situation sanitaire se dégrade fortement, pendant les vacances d’été. « Ceux qui n’ont pas encore réservé leurs vacances, évitez l’Espagne, le Portugal dans vos destinations, c’est un conseil de prudence, une recommandation. Il vaut mieux rester en France ou aller dans d’autres pays », a-t-il déclaré sur France 2, ajoutant que « des mesures renforcées » concernant ces destinations pourront être prises dans les prochains jours.

Retour du port du masque

Si la situation sanitaire se dégrade, notamment en raison du variant Delta, elle n’est pas la même d’un département à un autre. En Haute-Corse, en Haute-Marne ou en Haute-Savoie, plus de 90 % des tests criblés sont touchés par la mutation L452R, caractéristique notamment de la souche Delta, plus contagieuse, selon les données de Santé Publique France. A l’inverse, dans la Creuse et dans l’Yonne, moins de 10 % des tests criblés sont touchés par le variant Delta. Face à ces écarts, le gouvernement envisage de territorialiser certaines mesures, et notamment le retour du port du masque en extérieur dans les départements où le variant Delta circule davantage.

Réforme des retraites

Si le chef de l’Etat devrait annoncer le rétablissement de certaines restrictions sanitaires, il doit également profiter de cette allocution pour définir le cap pour les dix derniers mois de la fin du quinquennat. Selon le Premier ministre, Jean Castex, Emmanuel Macron fera le point sur la reprise économique et sur le plan de relance de 100 milliards d’euros, dont le déploiement doit « s’accélérer ».

Le président de la République pourrait également aborder le sujet de la réforme des retraites. Si aucune information n’a fuité sur ce dossier épineux, plusieurs voix s’opposent à la reprise du projet de loi à la rentrée. C’est le cas de Christophe Castaner, le patron des députés LREM. « Je ne suis pas favorable à un calendrier trop rétréci », a déclaré l’ancien ministre de l’Intérieur, interrogé dans l’émission en ligne Le Talk du Figaro, ce vendredi. « Aujourd’hui, il y a trop d’incertitudes pour dire qu’il faut que ce texte soit présenté en septembre à l’Assemblée (nationale) », a-t-il ajouté.