Présidentielle 2022 : Yannick Jadot annonce qu’il sera candidat via la primaire écologiste

ANNONCE L’eurodéputé se présentera dans le cadre de la primaire organisée par EELV en septembre

20 Minutes avec AFP
— 
Yannick Jadot
Yannick Jadot — Mathieu Pattier/SIPA

« Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle », a déclaré Yannick Jadot dans un entretien à l’Obs et sur TF1. « Je veux mettre l’écologie au cœur du pouvoir » et « construire une équipe de France de l’écologie », a-t-il déclaré au JT de 20 heures de TF1. « On ne peut pas une seconde se résoudre à la perspective d’une victoire de la droite ou de l’extrême droite. Ni au statu quo proposé par Emmanuel Macron qui n’est rien d’autre qu’un nouveau conformisme, un déni de l’urgence climatique et une régression sociale », a-t-il déclaré lors de son entretien à l’Obs.

L’eurodéputé écologiste a précisé dans les colonnes du journal que cette candidature s’inscrivait dans le cadre de la primaire organisée par EELV en septembre pour désigner son représentant à la présidentielle. « J’entends bien solliciter le soutien de ma famille politique. Même si toutes les conditions d’organisation ne sont pas encore connues à l’heure où je vous parle, je participerai à la primaire ou tout processus de désignation qui sera choisi », a-t-il précisé.

« J’ai toujours été loyal »

Il a par ailleurs assuré que dans le cas où il ne serait pas élu à la primaire, il s’engageait à soutenir le candidat EELV qui sera choisi. « C’est la règle ! J’ai toujours été loyal à ma famille politique. Vous savez, mon seul engagement depuis trente ans, c’est l’écologie et la solidarité. » Avant lui, le maire de Grenoble Eric Piolle et l’ex-numéro 2 des Verts, Sandrine Rousseau, avaient déjà annoncé leur candidature à la primaire d’Europe-Ecologie-les-Verts.

Défenseur d’une écologie au-delà du clivage droite/gauche, le plus médiatique des candidats Verts, tête de liste d’EELV aux élections européennes de 2019, s’est attiré les critiques virulentes de la France insoumise (LFI) et a parfois jeté le trouble jusque dans son propre camp ces dernières années. Au printemps il a œuvré pour une possible candidature unique à gauche pour 2022 mais a fait face aux réticences notamment des Insoumis.

« Quand on voit à quel point le dérèglement climatique est le grand défi de notre société (…) c’est autour de ce projet que je veux rassembler toutes celles et ceux de gauche qui voient bien que la question de l’écologie est centrale. On va voir qui a envie de venir », a-t-il déclaré mercredi.