Cinq eurodéputés du RN, dont Thierry Mariani, sanctionnés pour « fausses missions d’observations électorales »

EUROPE Au total huit eurodéputés, dont cinq Français ont été sanctionnés, et trois, dont une Française, ont pris un avertissement pour « de fausses missions d’observations électorales ».

A.V.
— 
Le Parlement Européen.
Le Parlement Européen. — Celine boff/20 Minutes

Onze eurodéputés, dont six Français, sont dans le collimateur du Parlement qui lui reproche de « fausses missions d’observations électorales », a rapporté le média européen EuObserver.

Les missions d’observation des élections dans des pays extra-européens sont l’une des activités des eurodéputés. L’Union européenne considère qu’elles permettent d’évaluer et de garantir la régularité du scrutin.

Pour cinq d’entre eux, Virginie Joron, Hervé Juvin, Jean-Lin Lacapelle, Thierry Mariani, et Philippe Olivier, tous issus du RN, le Parlement leur reproche des observations complaisantes en Crimée, région ukrainienne annexée par la Russie, et au Kazakhstan.

Les trois autres eurodéputés sanctionnés, deux Irlandais et un Espagnol, viennent des rangs du groupe alliance de gauche et sont allés « observer » les élections en Equateur et au Venezuela. Ces huit députés sont interdits par leur Parlement d’observations jusqu’à la fin de l’année, poursuit EuObserver qui s’appuie sur le travail de l’ONG  European Platform for Democratic Elections.

Interrogé par Le Figaro à ce propos, Thierry Mariani, ex-candidat du RN aux régionales en Paca, a dénoncé « une institution de plus en plus totalitaire », en parlant du Parlement Européen.

Trois autres eurodéputés ont, eux, écopé d’avertissements. Parmi lesquels la Française Leïla Chaibi, de LFI, qui s’en est défendue sur les réseaux.