Royal, Bachelot, Chatel et Morano entrent dans la course pour le prix de l'humour politique

HUMOUR Jean-François Copé est lui nommé pour la deuxième fois de l'année...

V.G.

— 

Roselyne Bachelot dans les bras du handballeur Christophe Kempe le 26 août 2008 dans la cour de l'Elysée
Roselyne Bachelot dans les bras du handballeur Christophe Kempe le 26 août 2008 dans la cour de l'Elysée — MEIGNEUX/LYDIE/SIPA

Le jury du prix Press club, humour et politique, qui récompense chaque année la formule la plus – volontairement ou involontairement – drôle de l'année, vient de sélectionner une deuxième fournée de petites phrases pour son cru 2009. Et elles sont franchement savoureuses.

Le suicidaire
Jean-François Copé, président du Groupe UMP de l'Assemblée Nationale: «Moi vivant, il n'y aura pas d'augmentation de la redevance».

La mégalo
Ségolène Royal, de retour des Etats-Unis: «J'ai inspiré Obama et ses équipes m'ont copiée».

La fine observatrice
Roselyne Bachelot, ministre des Sports, après la victoire des handballeurs français aux Championnats du Monde: «Dans les vestiaires, nous n'avions qu'un mot: énorme!».

Le psychologue

Luc Chatel, porte-parole du Gouvernement: «Le chef de l'Etat appelle parfois Brice Hortefeux pour ne rien lui dire. C'est la preuve de la qualité de leurs relations».

L'infirmière

Nadine Morano, Secrétaire d'Etat chargée de la famille: «Je suis sarkozyste jusqu'au bout des globules».


En décembre dernier, le jury avait déjà présélectionné 5 phrases. Les voici pour mémoire:

La coiffeuse

Christine Albanel, ministre de la Culture: «Mes cheveux raccourcissent au fur et à mesure que mon expérience croît»

Le gardien d'immeuble

Jean-François Copé, disant au président Nicolas Sarkozy: «Tu as prévu de filer les clés de l'UMP à Xavier Bertrand; tu devrais en garder un double»

L'optimiste

Bertrand Delanoë, maire de Paris: «Le vrai changement au PS, ce serait de gagner»

Le bon vivant

Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP, ancien Premier ministre: «Le tour de taille n'est pas un handicap au Sénat»

Le médecin

Michel Rocard, ancien Premier ministre PS: «Le PS est mal portant; et comme je respecte les hôpitaux, je baisse la voix comme on doit le faire quand il y a un malade dans la place»


Le jury d'une vingtaine de personnes est composé de journalistes et d'humoristes. En juin 2008, le prix avait couronné Jean-Louis Borloo pour sa phrase: «Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par l'Elysée pour devenir Premier ministre». Le prix 2009 sera décerné en juin, à l'issue de la troisième et dernière sélection de petites phrases.