Non, Emmanuel Macron n’a pas confondu Arthur Rimbaud avec un peintre

FAKE OFF Le président a bien qualifié le poète de « génie de la peinture classique », mais il filait une métaphore

20 Minutes Fake off

— 

Emmanuel Macron à Château-Thierry jeudi.
Emmanuel Macron à Château-Thierry jeudi. — ELIOT BLONDET-POOL/SIPA
  • En déplacement jeudi dans l’Aisne, Emmanuel Macron a qualifié le poète Arthur Rimbaud de « génie de la peinture classique ».
  • La phrase a été sortie de son contexte sur les réseaux sociaux.
  • Le président filait une métaphore.

Une phrase qui a suscité, à tort, une vague d’ironie. En déplacement jeudi à Château-Thierry, la ville où est né Jean de La Fontaine, Emmanuel Macron a filé une métaphore sur le poète Arthur Rimbaud. « Rimbaud, à 16 ans, était un génie de la peinture classique », a lancé le chef de l’Etat face au comédien Fabrice Luchini.

Cette citation a ensuite été partagée sur Twitter, sans préciser qu’il s’agissait d’une métaphore. « Au secours », « Et Baudelaire est célèbre pour ses symphonies », ont alors ironisé des internautes.

FAKE OFF

Le président de la République filait une métaphore. Il suffit d’écouter son explication complète, qui est disponible notamment dans cette vidéo de LCI, à partir de la 11e minute, pour s’en rendre compte.

Rebondissant sur des propos de Fabrice Luchini, qui rappelait que La Fontaine avait retravaillé des fables écrites par l’écrivain antique Esope, le chef de l’Etat a alors disserté sur le « génie » littéraire. Celui-ci jaillirait « quand il y a une maîtrise qui arrive à son comble de la contrainte de la forme classique », selon le président.

Il enchaîne ensuite sur Arthur Rimbaud, qu’il qualifie de « poète de l’image, de la couleur ». Emmanuel Macron souligne ensuite que le poète avait une solide formation littéraire classique : « Rimbaud, à 16 ans, est un génie de la peinture classique : il parle latin, il écrit latin. »

Arthur Rimbaud a en effet composé plusieurs poèmes en latin alors qu’il était scolarisé à Charleville.

Emmanuel Macron était en déplacement jeudi à Château-Thierry pour faire de la lecture « une grande cause nationale » jusqu’à 2022. Il avait rejeté en janvier l’entrée d’Arthur Rimbaud au Panthéon, respectant la volonté de l’arrière petite-nièce du poète et de l’association Les Amis de Rimbaud.