Européennes: Aubry «heureuse» de voir les socialistes «rassemblés»

POLITIQUE Les listes proposées pour les élections européennes ont été adoptées à une très large majorité...

Avec agence

— 

La première secrétaire du parti socialiste Martine Aubry, avec à ses côtés la secrétaire nationale à la réforme de l'Etat et aux collectivités territoriales Elisabeth Guigou, le secrétaire de l'Association des maires de France André Laignel, le président de l'Association des régions de France Alain Rousset et le président PS de la commission des Finances de l'Assemblée nationale Didier Migaud, s'exprime lors d'un point presse sur la réforme territoriale, le 24 février 2009 au siège du PS à Paris.
La première secrétaire du parti socialiste Martine Aubry, avec à ses côtés la secrétaire nationale à la réforme de l'Etat et aux collectivités territoriales Elisabeth Guigou, le secrétaire de l'Association des maires de France André Laignel, le président de l'Association des régions de France Alain Rousset et le président PS de la commission des Finances de l'Assemblée nationale Didier Migaud, s'exprime lors d'un point presse sur la réforme territoriale, le 24 février 2009 au siège du PS à Paris. — F. GUILLOT / AFP

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, s'est félicitée samedi de voir les socialistes aller «rassemblés» à la bataille des élections européennes. La réunion de samedi au Conseil national du parti s’est en effet soldée par un vote très largement favorable (189 voix pour, 14 contre et 18 abstentions) aux listes proposées pour les élections européennes.

>> Le
portrait des têtes de liste à lire en cliquant ici.

«Je suis heureuse aujourd'hui que les socialistes soient rassemblés face aux Français pour les défendre face à cette crise dans laquelle notre pays s'enfonce, et dans laquelle le président de la République ne veut pas prendre les bonnes mesures», a-t-elle déclaré à la fin de la réunion, qui s’est tenue à la Mutualité, à Paris. L'union permettra aussi, a-t-elle dit, de «proposer aux Français un projet plus juste pour la France et pour l'Europe». Les militants, a-t-elle fait valoir, vont devoir voter sur «des listes que nous avons acceptées à l'unanimité du Bureau national et à la quasi-unanimité du Conseil national».

Quant à la réconciliation avec l'ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal, «elle s'est faite peu à peu», a-t-elle reconnu: «Après un congrès, c'est jamais facile, il fallait retrouver de la confiance, j'ai fait des signes vers l'autre pour que les choses soient possibles». Le «rassemblement» s'est imposé, a-t-elle encore expliqué. La première secrétaire a aussi précisé que Harlem Désir, Benoît Hamon et Vincent Peillon, tous trois eurodéputés, seraient les porte-parole de la campagne européenne du PS.