Présidentielles 2022 : Le maire de Nice Christian Estrosi, ex-LR, va lancer une « plateforme participative »

REFORMES L’élu azuréen plaide pour davantage de décentralisation, pour « transférer aux territoires des pouvoirs législatifs et réglementaires »

F.Bi. avec AFP

— 

Le maire LR de Nice Christian Estrosi
Le maire LR de Nice Christian Estrosi — SYSPEO/SIPA

A l’approche de la présidentielle, le maire de Nice a annoncé qu’il voulait lancer, dès septembre, une « plateforme participative » pour faire des propositions dans une logique de décentralisation. Leur adoption impliquerait de « trouver le moyen de bâtir une majorité qualifiée au Congrès pour réformer la Constitution », a précisé Christian Estrosi qui a quitté LR il y a un mois après un différend sur les accords avec LREM en Paca.

« Quel que soit le prochain président, il ne pourra rien changer s’il ne dispose pas de cette majorité », a-t-il affirmé. Il faut, selon l’ancien ministre, « transférer aux territoires des pouvoirs législatifs et réglementaires, comme en Espagne, en Allemagne ou en Grande-Bretagne, dans les domaines relevant des compétences territoriales », notamment logement, formation et environnement.

Santé et sécurité

Et « il y a deux domaines où l’Etat doit vraiment partager ses responsabilités avec les collectivités : la santé, dont elles ont géré 80 % de l’épidémie sans en avoir les compétences, et la sécurité », a précisé Christian Estrosi.

« Il m’arrive de faire part de ces réflexions » au président de la République et « je le sens très ouvert » à ces idées, a ajouté l’élu à la tête du mouvement La France Audacieuse, dont les membres sont « des élus et des exécutifs locaux ». Sa plateforme serait plus largement ouverte, composée « d’hommes et de femmes d’horizons différents », de décideurs économiques et locaux, avec « des instituts et des personnalités qualifiés ».