Gérald Darmanin mobilise les préfets sur l'expulsion des étrangers auteurs d'infractions

IRREGULARITE Le ministre de l’Intérieur veut un meilleur suivi des étrangers fautifs

20 Minutes avec AFP

— 

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur — Ludovic MARIN / AFP

Gérald Darmanin a demandé aux préfets un meilleur suivi des étrangers en situation irrégulière auteurs de « graves troubles à l’ordre public », afin de prioriser leur expulsion, a indiqué son entourage.

Le ministre de l'Intérieur a réuni vendredi les préfets et leur a demandé de « faire remonter les noms des étrangers coupables de graves troubles à l’ordre public à expulser en priorité au cours des prochaines semaines », a précisé son entourage.

Un courrier et une convocation

Autre demande faite aux préfets : envoyer un courrier et convoquer les personnes concernées par une « dégradation » de titre de séjour, qui peut par exemple passer de dix à un an. Comme le prévoit la loi, « tout étranger dont la présence en France constitue une menace pour l’ordre public » peut se voir retirer son titre de séjour.

« Il ressort des éléments de votre dossier que vous vous êtes affranchi du respect des lois et que, ce faisant, vous avez dérogé aux obligations qui vous lient à la République. (…) En conséquence, votre titre de séjour vous a été retiré et (a été) remplacé par une carte de séjour temporaire, valable un an », est-il écrit dans ce courrier. « Tout autre acte de délinquance conduira à un nouvel examen de votre situation qui pourrait aller jusqu’à vous contraindre au départ du sol national. »

80.000 illégaux par an

Ces demandes de Gérald Darmanin aux préfets interviennent après une réunion mercredi d’Emmanuel Macron qui a réclamé à plusieurs ministres une meilleure efficacité des expulsions d’étrangers en situation irrégulière. Le chef de l’Etat a demandé aux ministres « d’activer de manière volontariste les dispositifs en vigueur » et d’intensifier les négociations avec les pays d’origine pour qu’ils acceptent le retour d’un plus grand nombre de leurs ressortissants.

Sur environ 120.000 demandeurs d’asile par an, 20.000 obtiennent le statut de réfugiés, 20.000 repartent et 80.000 se maintiennent illégalement sur le territoire. Début mai, le ministre de l’Intérieur avait déjà indiqué avoir demandé aux autorités compétentes de retirer le statut de réfugié aux étrangers connus pour des faits de radicalisation ou de troubles à l’ordre public. 147 retraits de protection avaient été décidés en trois mois avait indiqué le ministre en mai.