Départementales dans les Alpes-Maritimes : Un candidat RN filmé en train d'arracher ses propres affiches de campagne

CONFUSION Il plaide une « erreur de communication sur les affiches » 

Elise Martin

— 

Les élections départementales ont lieu en même temps que les régionales (Illustration)
Les élections départementales ont lieu en même temps que les régionales (Illustration) — L. Urman / Sipa
  • Les affiches électorales du candidat RN ont été arrachées des panneaux de la mairie et d’un parking de Cap-d’Ail.
  • Le maire de la commune a sollicité les images de vidéosurveillance pour porter plainte et s’est aperçu que c’était le candidat lui-même qui avait réalisé à cet acte.
  • Le délégué départemental du RN ne comprend pas les motivations du candidat et assure qu’on ne peut pas être candidat sans le savoir, si c’était la raison de cette action.

Insolite ou intrigant, voire cocasse… Difficile de qualifier l’acte de Mickaël Rosellini, candidat du Rassemblement national aux départementales, dans le canton de Beausoleil, et conseiller municipal d’opposition à Cap-d’Ail, dans les Alpes-Maritimes. Dimanche soir, il a été surpris par les caméras de vidéosurveillance de la commune en train d’arracher ses propres affiches électorales, devant la mairie et au niveau du parking de la place de la Liberté, raconte le quotidien Nice-Matin.

S’il n’a pas souhaité s’exprimer dans le journal local, il a confié au Parisien que c’était une « erreur de communication sur les affiches » et a assuré que son geste a été « mal interprété ». Selon Lionel Tivoli, délégué départemental du Rassemblement national, qui évoque la présence de Marine Le Pen comme étant le problème, c’est « impossible d’être candidat au RN sans le savoir ». « Il est adhérent depuis mars 2021, il a bel et bien rempli les documents nécessaires pour déposer une candidature, ils ont été apportés à la préfecture où la commission de la propagande a validé les affiches », indique l’élu.

« Son binôme tractait ce week-end sur les marchés »

Le conseiller régional ne comprend pas et s’étonne des déclarations du candidat. « Encore ce week-end, son binôme, Sandrine Manfredi-Cavallère, distribuait des tracts sur les marchés. Ils communiquent ensemble sur les réseaux, au nom du RN ». Jusqu’à présent sans échange avec l’intéressé, il imagine plusieurs scénarios pour justifier cette action. « Il a peut-être subi des pressions mais c’est aussi possible que ce soit la municipalité qui en fasse toute une affaire ».

Xavier Beck, maire de Cap-d’Ail et également candidat à ces élections, a porté plainte en gendarmerie en évoquant l’article 17 de la loi du 29 juillet 1881 qui sanctionne ceux qui auront enlevé, déchiré, recouvert ou altéré les affiches électorales de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe, a-t-il expliqué auprès de Nice-Matin.