Régionales en Bourgogne-Franche-Comté : Condamnation unanime des propos de la tête de liste RN Julien Odoul

REACTIONS Julien Odoul a ironisé sur le suicide des agriculteurs, et se pose désormais en victime que l'on cherche à salir

20 Minutes avec AFP

— 

La tête de liste du Rassemblement national Julien Odoul a ironisé sur le suicide des agriculteurs.
La tête de liste du Rassemblement national Julien Odoul a ironisé sur le suicide des agriculteurs. — Alain ROBERT/SIPA

L’ensemble des candidats aux élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté a condamné vendredi des propos de la tête de liste du Rassemblement national Julien Odoul ironisant sur le suicide des agriculteurs, ce dernier estimant qu’on cherche à le « salir » alors qu’il est donné en tête au premier tour.

Le patron des Républicains Christian Jacob, qui a récemment rappelé son opposition avec le RN, a lui aussi dénoncé des propos « abjects ».

« Votre cynisme est infâme »

« Julien Odoul, quelle indignité. Comment un responsable politique peut-il tomber dans de telles bassesses et tenir des propos aussi abjects ? Votre cynisme est infâme. Chaque suicide d'agriculteur est un drame personnel, familial et révélateur d’une grande détresse », a twitté le chef de LR, lui-même ancien agriculteur et ex-patron du CNJA (Jeunes agriculteurs).

« Est-ce que la corde est française ? », avait demandé sous les rires le candidat RN, lors d’une réunion du groupe de son parti au conseil régional en décembre 2019, a rapporté Libération vendredi en citant un enregistrement.

Il répondait à un autre conseiller régional RN sortant, Jacques Ricciardetti, qui se demandait si l’agriculteur retrouvé pendu avait « laissé une trace ? S’est-il pissé dessus ? »

Interrogé, Julien Odoul a dénoncé une « opération commando » de Libération depuis qu’un sondage le donne en tête au premier tour des régionales. « Tout est de sortie pour salir », a-t-il écrit dans un SMS, en transmettant plusieurs de ses déclarations de soutien aux agriculteurs.

« Mépris »

De la gauche à la droite, toutes les têtes de liste dans la région ont condamné ses propos. « Toutes les bornes de l’indécence sont dépassées par le sinistre Odoul », a réagi sur Twitter Gilles Platret (LR), qui a conclu pour les régionales un accord avec Debout la France – ancien allié de Marine Le Pen en 2017 – , ce qui a généré des tensions au sein de son parti. Pour lui, la cheffe du RN ne peut « plus soutenir cet individu » qui « piétine l’honneur ».

Le candidat LREM Denis Thuriot a fustigé sur Facebook l'« ignominie » du RN. La présidente de région sortante Marie-Guite Dufay (PS) a fustigé un « manque de respect » et la candidate EELV Stéphanie Modde le « mépris » du RN « pour le monde agricole ».

« C’est à vomir »

« C’est à vomir », a jugé le chef de file des députés LREM Christophe Castaner, en rappelant que chaque jour en moyenne un agriculteur met fin à ses jours.

La présidente du RN et candidate à l'Elysée Marine Le Pen était venue la semaine dernière à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) soutenir Julien Odoul, avec qui elle avait visité une exploitation de brebis tenue par une candidate RN, et débattu avec plusieurs agriculteurs.

Alors que LR se déchire sur l’opportunité de passer des alliances avec le parti présidentiel LREM et que certains cadres ne cachent plus leur proximité avec le RN, Christian Jacob a rappelé dans Le Figaro jeudi que son parti n’avait « rien de commun avec Marine Le Pen ».

Quelle que soit l’enquête, les agriculteurs votent majoritairement à droite. A la présidentielle de 2017, ils avaient voté au premier tour d’abord pour François Fillon avant Marine Le Pen, selon la Revue politique et parlementaire en janvier 2018.