Manifestation des policiers : Gérald Darmanin propose une rencontre à Audrey Pulvar qui accepte «avec enthousiasme»

JUSTICE Le ministre de l'Intérieur a fait baisser la pression en proposant à la candidate socialiste aux régionales en Ile-de-France de se rencontrer

D.B et Cl.G.
— 
Gérald Darmanin et Audrey Pulvar.
Gérald Darmanin et Audrey Pulvar. — AFP

L’heure de la trêve est-elle venue ?Les tensions entre  Audrey Pulvar, tête de liste des socialistes aux élections régionales en Ile-de-France et Gérald Darmanin vont peut-être trouver une issue. Si le ministre de l’Intérieur avait menacé, dimanche, de porter plainte contre l'ancienne journaliste pour avoir qualifié d'« assez glaçante » sa présence à la récente manifestation de policiers, il a changé de ton ce mardi matin en proposant à une rencontre à la candidate.

Le dépôt de plainte est-il abandonné ? « Rien n’est acté », assure l’entourage du ministre de l’Intérieur, soulignant que « la plainte n’a pas encore été déposée ». Avant d’ajouter : « A ce stade, le ministre souhaite échanger avec Audrey Pulvar. »

Une main tendue acceptée par Audrey Pulvar

« J’ai bien vu l’intention et la main tendue du ministre de l’Intérieur et donc je la saisis », a affirmé la candidate ce mardi matin, lors d’une conférence de presse. « Le ministre de l’Intérieur me propose de me rencontrer et je me rendrai à cette invitation avec enthousiasme et un esprit purement républicain qui m’anime depuis toujours ». Audrey Pulvar s’exprimait à l’occasion de la présentation de son programme.

Cette main tendue par Gérald Darmanin serait aussi l’occasion de faire taire certaines critiques, y compris au sein du gouvernement. « Le débat politique peut vivre sans passer devant les tribunaux », a ainsi estimé mardi la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. « Jusqu’ici dans une démocratie, on pouvait encore exprimer une opinion sans que le ministre chargé des élections ne se sente autorisé à intimider une adversaire politique », avait tweeté de son côté le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, dans la nuit de dimanche à lundi.

« Du jamais vu ! », a estimé lundi la maire PS de Paris, Anne Hidalgo : « À quelques semaines de l’élection régionale, le ministre de l’Intérieur porte plainte pour diffamation contre une candidate tête de liste en Île-de-France. Heureusement nous sommes dans un État de droit. J’ai toute confiance dans la justice de mon pays ».