Coronavirus : Nicolas Dupont-Aignan s’oppose à la vaccination des enfants

AVIS Le président de Debout la France défend pour les plus jeunes l’ivermectine. Mais les études cliniques de l’OMS ne jugent pas cet antiparasitaire efficace contre le Covid-19

20 Minutes avec AFP
— 
Nicolas Dupont-Aignan à l’Assemblée nationale, le 30 mars 2021.
Nicolas Dupont-Aignan à l’Assemblée nationale, le 30 mars 2021. — Jacques Witt/SIPA

Alors que le gouvernement étudie la possibilité de vacciner les enfants contre le Covid-19, Nicolas Dupont-Aignan est monté au créneau dimanche pour s’opposer à cette idée. Le risque de cette opération est supérieur à son bénéfice, a jugé le candidat de Debout la France à la présidentielle.

« Il est grave de faire croire aux Français que le vaccin est la seule solution », a insisté lors de l’émission Dimanche en Politique sur France 3 Nicolas Dupont-Aignan, qui se défend d’être anti-vaccin. La vaccination des enfants à partir de l’âge de 12 ans sera « peut-être » proposée en France à terme, avait expliqué lundi le ministre de la Santé Olivier Véran, tout en soulignant la priorité donnée à la vaccination en cours des adultes.

Le « principe de précaution »

Pour le président de Debout la France, si le rapport bénéfice-risque du vaccin est favorable « pour les personnes âgées ou en comorbidité », à l’inverse « pour les enfants et les très jeunes où il n’y a aucun risque de mortalité de la Covid, le risque du vaccin est plus important que le bénéfice, et il y a un principe de précaution ». A ses yeux, pour un enfant ou un jeune « l’ivermectine, qui est refusée dans notre pays alors même qu’elle marche ailleurs, serait quelque chose de beaucoup plus doux, de plus utile que cette vaccination à outrance qui n’est pas faite pour ceux qui en ont besoin. On est en plein délire ! »

L’Agence française du médicament (ANSM) a rejeté en avril une demande d’autorisation temporaire d’utiliser l’ivermectine pour traiter ou prévenir le Covid-19. Cet antiparasitaire couramment utilisé fait l’objet d’une intense campagne de promotion sur les réseaux sociaux. Selon un panel d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les données des études cliniques pour en mesurer l’efficacité contre le Covid-19 n’ont pas fourni de résultats probants.