Une dizaine de partisans de Royal entrent à la direction du PS

POLITIQUE Aurélie Filipetti et Najat Belkacem sont secrétaires nationales...

E.J.

— 

afp.com

Ils sont partis près de 50, et arrivent aujourd'hui près de 80. Loin des souhaits d'«équipe resserrée» faites durant le congrès, une trentaine de nouveaux membres ont fait leur entrée à la direction du parti, notamment à des postes de secrétaires nationaux.

Ségolène Royal l'avait regretté mais ni Vincent Peillon, ni Manuel Valls ne font partie de la direction du Parti socialiste. S'ils avaient par avance décliné l'offre, la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho, pressentie dans le casting, n'en fait finalement pas partie. Le sénateur David Assouline, homme d'appareil du courant Royal - il veillait au bon déroulement des opération les jours de vote - est secrétaire national «auprès de la première secrétaire».  La députée de la Moselle Aurélie Filipetti fait son entrée en tant que chargée des questions énergétiques. La lyonnaise Najat Belkacem hérite elle d'un vaste secrétariat dévolu aux «questions de société».

Le député de la Nièvre Gaëtan Gorce, spécialiste des questions sociales à l'assemblée, sera chargé de l'exclusion.  Le maire d'Argenteuil, Philippe Doucet, hérite lui des droits des consommateurs. Mais au delà des secrétaires nationaux, d'autres devront faire équipe avec des membres de la direction.

Adjoints


Parmis les proches de Ségolène Royal, le maire du 1er secteur de Marseille Patrick Menucci fera équipe avec un autre expert des rouages du parti, Christophe Borgel, au secrétairiat national chargé des élections et de la vie des fédérations. Ils auront une place prépondérante dans les investitures aux élections européennes de juin 2009, et pour les régionales de 2010.

soutien de Martine Aubry. Autre soutien de Royal, Eric Loiselet, du Pôle écologique, intègre fort logiquement le secrétariat national à l'environnement. Il travaillera avec Laurence Rossignol, qui appartient au courant fabiusien, avec lequel Loiselet a eu un rude contentieux en 2007. Autre secteur stratégique, la trésorerie, où Régis Juanico, proche de Benoît Hamon, devra composer avec Frédéric Léveillé, proche de Ségolène Royal, et Laurent Duporge, un adjoint au maire de Liévin (Pas-de-Calais), qui a voté Aubry. Car il n'y a pas que des proches de Ségolène Royal qui intègrent la direction. L'économiste Liem Hoang Ngoc  et Delhine Mayrargue, partisans de Benoît Hamon, intègrent respectivement  les secrétariat à l''économie et au le travail.

Cet élargissement permet aussi à Martine Aubry d'amorcer une reconciliation avec Bertrand Delanoë: Francis Chouat, vice-président du Conseil général de l'Essonne (coordination), Philippe Bonnefoy (élections et vie des fédérations), Yves Colmou (communication), le député européen Bernard Soulage (économie) intègrent la direction.

Reste à savoir comment fonctionnera ce nouvel attelage, et si par exemple la nouvelle secrétaire aux questions de société, Najat Belkacem,  trouvera sa place à côté de ceux chargés du mouvement asociatif, du droit des femmes, de la petite enfance.

>> La liste complète