Paris : La mairie veut bannir les voitures en transit du centre de la capitale en 2022

CAPITALE La mairie, qui souhaite réduire « drastiquement » le trafic des véhicules traversant le centre parisien sans s’y arrêter, a lancé une concertation sur le sujet

20 Minutes avec AFP

— 

Anne Hidalgo, à Paris le 25 avril 2021.
Anne Hidalgo, à Paris le 25 avril 2021. — JP PARIENTE/SIPA

La voiture bientôt interdite dans le centre de la capitale ? La mairie de Paris veut faire plus de place aux piétons, vélos et transports en commun dès 2022 dans le centre de la ville en « réduisant drastiquement » le trafic des véhicules traversant la zone sans s’y arrêter, explique l’adjoint à la voirie David Belliard au lancement d’une concertation sur le sujet.

La « Zone apaisée Paris Centre et Saint-Germain » concernera l’ensemble du secteur de Paris Centre, qui regroupe depuis 2020 les 4 premiers arrondissements de la capitale, et la partie de la rive gauche située au nord du boulevard Saint-Germain dans les Ve, VIe et VIIe arrondissements.

« Faire la part belle aux piétons, aux vélos et aux transports en commun »

Cette « zone à trafic limité » (ZTL) a « pour ambition de réduire drastiquement le trafic de transit pour faire la part belle aux piétons, aux vélos et aux transports en commun », a expliqué sur Twitter David Belliard, adjoint (EELV) de la maire PS Anne Hidalgo chargé de la transformation de l’espace public.

Lancée mercredi soir, la consultation, qui doit aboutir en octobre au bouclage du projet avant une mise en place de la ZTL au cours du premier semestre 2022, doit notamment permettre de « préciser les catégories de véhicules autorisés à entrer dans le centre », explique la mairie sur son site. La question des deux-roues y sera posée.

Les riverains pourront continuer à accéder à la zone

« Si Paris souhaite réduire le trafic de transit, pour autant il n’est pas question de supprimer tout le trafic », prévient David Belliard. « Les riverains, les personnes à mobilité réduite, les taxis, les artisans et commerçants du quartier, etc. pourront continuer à y accéder. »

La concertation doit aussi permettre de déterminer les modalités d’accès à la ZTL. Outre une adaptation de la signalétique, « nous souhaitons limiter le nombre d’accès possibles » via « des modifications des plans de circulation locale pour réduire les voies de passage », explique David Belliard à l’AFP. « Évidemment, cela nécessitera des agents de la mairie sur le terrain. »

Le transit, 40 à 60% de l'ensemble du trafic

Le trafic de transit représente entre 40 % et 60 %, suivant les heures, de l’ensemble du trafic automobile dans ce secteur, souligne l’adjoint pour lequel 180.000 voitures passent chaque jour dans cette zone, soit « 10 fois plus que le nombre de voitures de celles et ceux qui y habitent ».

Dans son programme pour sa campagne de réélection en 2020, Anne Hidalgo, candidate potentielle à la présidentielle de 2022, avait promis « la création d’aires piétonnes dans tous les quartiers » et « la piétonnisation du centre de Paris ».

Son premier mandat avait été marqué par un long bras de fer politique et juridique pour fermer à la circulation une partie des voies sur berges de la Seine, désormais réservées aux piétons.