Présidentielle 2022 : La France insoumise présente sa « garantie d’emploi » pour les chômeurs

EMPLOI Le parti de Jean-Luc Mélenchon propose en outre une « garantie dignité », qui compléterait les minimas sociaux

20 Minutes avec AFP

— 

La France insoumise a présenté mercredi une
La France insoumise a présenté mercredi une — Sarah ALCALAY/SIPA

Il s’agira de l’une des mesures phares du programme de Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection  présidentielle  de 2022. La France insoumise a présenté mercredi « garantie d’emploi ». Un projet qui permettrait à tout chômeur, sur la base du volontariat, d’exercer une activité d’utilité publique payée au SMIC. La puissance publique coordonnerait les besoins identifiés par les collectivités locales.

« L’objectif est le plein-emploi », a déclaré Clémence Guetté, la coordinatrice du programme, lors d’une conférence de presse au QG de campagne parisien, présentant le troisième cahier de l’Avenir en commun, disponible à la vente. Pour l’atteindre, LFI compte en premier lieu sur la bifurcation écologique que le mouvement préconise, et qui selon lui créerait en elle-même de nombreux emplois.

Réduction du temps de travail à 32 heures hebdomadaires

LFI prône aussi la réduction du temps de travail à 32 heures hebdomadaires, dont les modalités restent à définir (sixième semaine de congés payés, semaine de quatre jours…). Les Insoumis proposent en outre une « garantie dignité », qui compléterait les minimas sociaux « pour qu’aucune personne ne soit en dessous du seuil de pauvreté », a expliqué Clémence Guetté.

Le parti espère ainsi ouvrir une séquence tournée vers le social, plutôt que vers « les thèmes de droite et d’extrême droite qui saturent le débat », a indiqué l’eurodéputé Manuel Bompard.

« Tartufferie dans les discours sur l’union de la gauche »

« Face à la solution ultralibérale (du gouvernement) et au repli identitaire de l’extrême droite, il y a une option du partage des richesses et de la bifurcation écologique », a-t-il ajouté.

Interrogé sur les critiques de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis des Verts et des socialistes, qu’il accuse de mépriser les Insoumis pour les alliances aux élections régionales et départementales de juin, Manuel Bompard a tonné : « C’était nécessaire de souligner qu’il y a une forme de duplicité et de tartufferie dans les discours sur l’union de la gauche. (…) Il faut que les gens sachent ce qu’il se passe concrètement ».