Des responsables de gauche appellent à une « marche des libertés »

MOBILISATION Plusieurs figures de la gauche appellent dans une tribune à « une grande manifestation au printemps 2021 pour dire non à l’extrême droite, à ses idées qui se propagent jusqu’au gouvernement »

20 Minutes avec AFP

— 

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, lors d'une manifestation à Paris le 23 septembre 2017..
Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, lors d'une manifestation à Paris le 23 septembre 2017.. — Christophe Ena

« Depuis maintenant plusieurs mois, nous constatons toutes et tous que le climat politique et social en France, comme partout en Europe et dans le monde, est de plus en plus imprégné par l’extrême droite et ses idées », écrivent les signataires d’une tribune publiée dans Libération. L’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, le fondateur de Générations Benoît Hamon, le maire EELV de Grenoble Eric Piolle, la comédienne Corinne Masiero : plusieurs figures de la gauche politique, syndicale et culturelle ont appelé mardi dans ce texte à « une marche des libertés » pour « dire non à l’extrême droite ».

« En France, cette offensive raciste a pour corollaire la multiplication des politiques sécuritaires, liberticides et antisociales », estiment-ils, visant les ministres de l’Intérieur Gérald Darmanin, de l’Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal, de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer et de la Citoyenneté Marlène Schiappa.

« Une grande manifestation au printemps 2021 »

« Après l’envahissement du conseil régional d’Occitanie par l’Action Française, le saccage d’une librairie et l’attaque de la marche lesbienne à Lyon par des identitaires, les polémiques sur le prétendu islamo-gauchisme et le prétexte de groupes de parole entre personnes discriminées pour attaquer l’Unef ou s’en prendre à Audrey Pulvar, un cap supplémentaire vient d’être franchi », ajoutent ces responsables, qui citent aussi la tribune d’un millier de militaires à Valeurs actuelles.

Ils appellent donc à « une grande manifestation au printemps 2021 pour dire non à l’extrême droite, à ses idées qui se propagent jusqu’au gouvernement, et défendre nos libertés individuelles et collectives ». « Nous nous adressons aux associations, syndicats, collectifs, partis qui partagent le fond de cet appel pour qu’ils se réunissent afin d’en construire les conditions », indiquent les signataires.

Cette tribune, initiée par le député Insoumis Eric Coquerel et le porte-parole de Générations Thomas Portes, est signée par la plupart des parlementaires LFI, les députés PCF Elsa Faucillon et Stéphane Peu, la sénatrice EELV Esther Benbassa, la présidente de l’UNEF Mélanie Luce, l’économiste Thomas Piketty, l’acteur Yvan Le Bolloc’h ou encore le coordinateur de la CGT Fonction publique Baptiste Talbot.