Débat : Malgré les critiques, Marlène Schiappa va lancer ce mardi des « Etats généraux de la laïcité »

DIALOGUE La ministre déléguée à la Citoyenneté annonce la tenue jusqu’à l’été de tables rondes « sur la liberté d’expression la recherche, la jeunesse, l’intégration citoyenne »

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, à l’Assemblée nationale le 30 mars 2021.
La ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, à l’Assemblée nationale le 30 mars 2021. — Jacques Witt/SIPA

De l’aveu même de Marlène Schiappa, la laïcité « est un sujet de passion ». Face à cette question clivante, « l’idée est de dire : parlons-en ensemble et écoutons-nous », explique la ministre déléguée à la Citoyenneté dans un entretien au Journal du Dimanche. Des « Etats généraux de la laïcité » vont donc se tenir et notamment donner lieu à une « grande consultation » auprès des jeunes.

Le coup d’envoi de ces Etats généraux sera donné ce mardi au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Paris « avec une conférence de haut niveau entre des intellectuels de toutes les sensibilités », précise Marlène Schiappa, citant entre autres l’académicienne Barbara Cassin, l’essayiste Caroline Fourest et le philosophe Gaspard Koenig. Jusqu’à l’été, « des tables rondes et des groupes de travail sur la liberté d’expression la recherche, la jeunesse, l’intégration citoyenne » seront organisés, ajoute-t-elle, assurant qu’elle laisserait aussi « carte blanche » à des associations et à des syndicats.

Critique d’Europe Ecologie

Une « grande consultation avec Make.org » sera enfin lancée « auprès de 50.000 jeunes », ajoute la ministre, selon laquelle l’ensemble des échanges doit « être l’occasion de nous rassembler autour de la laïcité à la française ». « La laïcité n’est en aucun cas une arme de répression contre les religions », assure Marlène Schiappa. « Nous voulons justement sortir de la tenaille entre d’un côté les identitaires d’extrême droite et de l’autre les indigénistes et Europe Écologie-Les Verts. J’invite chacun à prendre la parole dans le cadre des Etats généraux ».

Ces états généraux sont cependant déjà sous le feu des critiques. « On ne fait pas un débat après une loi », a ainsi dénoncé lundi sur France Info l’eurodéputé EELV Yannick Jadot, en référence au projet de loi luttant contre le « séparatisme ». La CFDT a pour sa part demandé d'« arrêter de faire de la laïcité un objet d’agitation médiatique permanent ».