Régionales en Paca : Olivia Fortin veut rejouer la carte du Printemps marseillais en conduisant une liste d'union gauche-écologiste

REGIONALES L'ajointe au maire de Marseille Olivia Fortin, issue de la société civile, avait créé la surprise en battant Martine Vassal (LR) dans le 4e secteur aux dernières municipales

20 Minutes avec AFP

— 

Olivia Fortin, fondatrice de Mad Mars, à l'origine du Printemps marseillais.
Olivia Fortin, fondatrice de Mad Mars, à l'origine du Printemps marseillais. — Printemps marseillais
  • « Je suis candidate à la candidature pour les régionales. Je suis prête à prendre la tête d’une liste (…) au service d’un projet de gauche et d’écologie », a déclaré Olivia Fortin.
  • Les écologistes d’EELV ont déjà désigné leur tête de liste pour les régionales, Jean-Laurent Felizia, qui appelle aussi à un large rassemblement de la gauche derrière lui.

L'adjointe au maire de Marseille Olivia Fortin, issue de la société civile, a annoncé jeudi sa candidature pour conduire une liste d'union de la gauche et des écologistes aux prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

«Je suis candidate à la candidature pour les régionales. Je suis prête à prendre la tête d'une liste (...) au service d'un projet de gauche et d'écologie», a indiqué à l'AFP l'ancienne cheffe d'entreprise, aujourd'hui 5ème adjointe du maire de Marseille, Benoit Payan, chargée de l'action publique.

Les écologiste d'EELV et ses alliés réunis dans un «pôle écologiste» ont déjà désigné leur tête de liste pour les régionales, Jean-Laurent Felizia, qui appelle également à un large rassemblement de la gauche derrière lui.

«On est dans la même situation que pour les municipales.»

Co-fondatrice d'un collectif citoyen, Olivia Fortin avait créé la surprise en 2020 en s'imposant dans les 6e et 8e arrondissements de Marseille à la tête d'une liste du Printemps marseillais (coalition de gauche) face à la cheffe de file de la droite, Martine Vassal, présidente LR du conseil départemental et de la métropole.

«Beaucoup de gens ont pensé à moi pour les régionales parce qu'on avait réussi à initier avec Mad Mars un rassemblement assez inédit qui a permis une victoire aux municipales que personne ne croyait possible», explique l'élue, espérant renouveler cette stratégie gagnante en juin prochain.

«On discute avec Jean-Laurent Felizia, on discute avec tout le monde. On va y arriver. Je suis optimiste dans la responsabilité de chacun», dit-elle. «On est dans la même situation que pour les municipales. On est tous d'accord sur 90% des choses qu'il faut faire, pour la justice sociale, la transition écologique, la démocratie, alors allons-y !».

Muselier (LR) par encore officiellement candidat

«Il y a un chemin possible pour la victoire, à la condition que l'on parvienne à une union des forces de gauche et de l'écologie. On est à un moment crucial. On a la responsabilité historique de proposer une alternative», fait-elle valoir.

«Je suis persuadée que tout le monde a bien conscience qu'on a tous besoin les uns des autres et que prétendre y aller seul n'aurait aucun sens», martèle Olivia Fortin qui dit avoir déjà «le soutien au niveau local et national de différentes organisations politiques».

Pour ces régionales, LREM a désigné la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel comme tête de liste. A droite, le président LR de la région Renaud Muselier n'a pas encore officiellement fait acte de candidature, même si son parti l'a déjà adoubé. Du côté du RN, c'est l'eurodéputé Thierry Mariani, ex-LR, qui devrait être candidat. Enfin, l'ex-adjoint de Christian Estrosi à la mairie de Nice, Benoît Kandel s'est lancé avec le soutien de Nicolas Dupont-Aignan, sous une étiquette «La droite et les républicains ensemble».