Loi climat : Les députés LR ne voteront pas en faveur du texte

ENVIRONNEMENT Les Républicains, qui vont présenter une soixantaine de propositions pour la défense de l’écologie, n’ont pas encore annoncé s’ils allaient préférer un vote « non » ou l’abstention

20 Minutes avec AFP

— 

Damien Abad, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, le 1er avril 2021.
Damien Abad, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, le 1er avril 2021. — Jacques Witt/SIPA

L’exécutif n’obtiendra pas un consensus sur le projet de loi climat. Les députés LR ne voteront en effet pas le texte en cours d’examen par l’Assemblée nationale. Dans le JDD, le président du groupe Les Républicains, Damien Abad, indique ne pas croire « que la protection de l’environnement passera par la hausse des impôts ou par les tribunaux ».

La question est donc maintenant de savoir si le premier groupe d’opposition au Palais Bourbon va s’abstenir ou voter contre ce texte porté par la ministre Barbara Pompili. Le groupe LR s’est déjà majoritairement abstenu mi-mars sur le projet de loi prévoyant l’inscription du climat dans la Constitution.

Ni immobilisme, ni dogmatisme

« Nous ne sommes pas dans l’immobilisme branché de LREM, ni dans le dogmatisme de la gauche. Les députés LR vont proposer dans les jours qui viennent un socle d’une soixantaine de propositions », précise Damien Abad, alors que toutes les formations politiques se réclament désormais écologistes. « Face à ceux qui défendent une écologie punitive et moralisatrice tournée vers la taxation et le malus, nous devons incarner un "écomodernisme" : une écologie tournée vers l’innovation, le bonus, l’incitation et l’économie circulaire », relève l’élu de l’ Ain.

Il suggère par exemple de déplafonner les aides à la rénovation des logements, de réduire la TVA sur les billets de train et les transports en commun, d’arrêter la vente des véhicules thermiques neufs dès 2035, et encore de créer un « bonus-malus vert à l’impôt sur les sociétés » pour inciter les entreprises à des efforts en matière d’environnement. Une écologie de droite est selon lui « une écologie au service du pouvoir d’achat des Français ». « La droite doit être populaire et sociale et cela passe à mes yeux par le champ de l’environnement », martèle Damien Abad, dont le parti entend prendre un « virage environnemental » à l’approche de la présidentielle 2022.