Régionales en Occitanie : Le patron du Samu 31 se lance en politique aux côtés de Carole Delga

ELECTIONS Ce professeur de médecine de 45 ans sera numéro 2 sur la liste de la présidente socialiste sortante de la région Occitanie

Béatrice Colin
— 
Le professeur Vincent Bounes, patron du Samu de Toulouse, est candidat sur la liste de Carole Delga (PS) aux régionales de juin 2021.
Le professeur Vincent Bounes, patron du Samu de Toulouse, est candidat sur la liste de Carole Delga (PS) aux régionales de juin 2021. — B. Colin / 20 Minutes

Il n’est pas le premier patron du Samu de Haute-Garonne à se lancer en politique, son prédécesseur, Jean-Louis Ducassé avait choisi en son temps d’être sur la liste de Pierre Cohen, alors maire sortant (PS) de Toulouse. C’est aussi à gauche sur l’échiquier politique des régionales que Vincent Bounes sera présent en juin, aux côtés de Carole Delga. Ce mardi, la présidente socialiste de la région Occitanie a indiqué que le médecin serait numéro 2 sur sa liste et voué à être son « monsieur santé » si elle est réélue.

A 45 ans, ce fils de viticulteurs tarnais, devenu l’un des visages familiers de l’actualité liée au Covid-19, a décidé de s’engager pour « faire avancer les choses », sans pour autant s’encarter et en continuant à mener de front ses responsabilités professionnelles. « C’est un projet qui a beaucoup de sens pour moi, mais je vais garder ma liberté de penser », a-t-il prévenu lors d’une présentation des propositions « santé » de la candidate socialiste.

Formation des jeunes

Et il n’est pas venu sans rien dans sa besace. Parmi les propositions qu’il porte, celle d’une formation pour les jeunes aux gestes qui peuvent sauver, dispensée lors d’une journée d’appel aux premiers secours. Elle serait financée via la Carte Jeune et organisée avec les organismes agréés comme la Croix-Rouge.

Carole Delga a indiqué qu’elle comptait développer le principe de « Ma santé à 15 minutes », en soutenant des structures permettant l’installation et la rémunération de 200 médecins ou salariés dans des « territoires à médicaliser d’urgence ».