Coronavirus : Borne hospitalisée, Bachelot positive... Faut-il vacciner tous les ministres ?

EPIDEMIE Plusieurs ministres ont été touchés par le coronavirus, ou sont cas contact, mais au sein de l'exécutif, on maintient que les membres du gouvernement ne bénéficieront pas de passe-droit pour la vaccination

T.L.G.
— 
Olivier Véran se fait vacciner sous l’œil des caméras.
Olivier Véran se fait vacciner sous l’œil des caméras. — Jeanne Accorsini/ DICOM/SIPA
  • Élisabeth Borne, qui avait été testée positive au Covid-19 le 14 mars dernier, « a été placée sous surveillance médicale dans un hôpital de la région parisienne », a indiqué le ministère du Travail, ce lundi.
  • Deux jours plus tôt, c’est la ministre de la Culture Roselyne Bachelot qui a été contrainte à l’isolement, après avoir été testée positive au Covid-19.
  • Mais malgré ces cas récents, les ministres devront patienter comme tous les Français pour se faire vacciner.

Multiplication de cas de coronavirus au gouvernement. Élisabeth Borne, qui avait été testée positive au Covid-19 le 14 mars dernier, « a été placée sous surveillance médicale dans un hôpital de la région parisienne », mais son état de santé est « en voie d’amélioration », a indiqué le ministère du Travail, ce lundi, dans un communiqué.

Samedi, sa collègue de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé sur Twitter qu’elle aussi avait été testée positive au Covid-19 « à la suite de symptômes respiratoires » et qu’elle se mettait à l’isolement. Ces cas positifs, qui s’ajoutent à d'autres membres du gouvernement par le passé, peuvent-ils relancer le débat sur la nécessité de faire vacciner tous les ministres ?

La règle reste la même : pas de passe-droit pour les ministres

Malgré les récents cas positifs au sein du gouvernement, la doctrine reste la même : pas de passe-droit pour les ministres. « Les membres du gouvernement se feront vacciner selon le calendrier prévu pour l’ensemble des Français, en respectant les classes d’âge et les éventuelles comorbidités. Il n’est pas prévu qu’un ministre se fasse vacciner avant », précise à 20 Minutes un conseiller ministériel.

Jusqu'à ce lundi, Olivier Véran était le seul membre du gouvernement connu à s'être fait vacciner selon ce calendrier, lors d’un déplacement au centre hospitalier de Melun (Seine-et-Marne), en février. Le ministre de la Santé avait reçu devant les caméras une injection du vaccin Astrazeneca, en sa qualité de soignant, puisqu’il est neurologue de formation. Mais selon LCI, Roselyne Bachelot a également reçu une première dose de vaccin, ce qui ne l'a pas empêchée d'être positive au coronavirus.

Jean Castex a également reçu une injection ce dimanche. Si son tour n’était pas encore arrivé – il a 55 ans et n’a pas de comorbidités – le chef du gouvernement a indiqué vouloir montrer l’exemple après les atermoiements européens sur le vaccin britannique Astrazeneca et ses éventuels risques, finalement balayés par l’Agence européenne des médicaments.  « La vaccination du Premier ministre avait pour objectif de redonner confiance aux Français, redonner un élan à la vaccination », nous dit-on au sein du gouvernement.

« Tous les membres du gouvernement font attention »

Outre les cas positifs, dont Emmanuel Macron en fin d’année dernière, plusieurs membres du gouvernement ont récemment été cas contact, à l’image du secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian ou d’Agnès Pannier-Runacher à l’Industrie, tous contraints à l’isolement assure le Parisien.

Mais Gabriel Attal a toutefois démenti tout foyer de contamination ou manque de précaution au sein de l’exécutif, ce dimanche sur BFMTV. « Tous les membres du gouvernement font attention, pour des raisons sanitaires et ensuite parce qu’on doit être exemplaires. Le Conseil des ministres se fait maintenant intégralement en visio-conférence », a rappelé le porte-parole du gouvernement, tentant de déminer notamment les polémiques sur les sorties de Roselyne Bachelot.

Au gouvernement, on assure d’ailleurs que les cas positifs ou les cas contacts n’entravent en rien la gestion des affaires courantes. « Tout le monde est au travail, en lien avec ses équipes, même à l’isolement », dit à 20 Minutes un conseiller de l’exécutif. La ministre de la Culture dit avoir aménagé son agenda pour cette semaine d’isolement. Et l’entourage d’Elisabeth Borne a indiqué qu'« en lien avec la ministre et avec l’appui de son cabinet, Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’Insertion, et Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des Retraites et de la Santé au travail, assurent la continuité des dossiers et du travail gouvernemental ».