Régionales en Occitanie : Violent accrochage entre Pradié (LR) et Garraud (RN) en marge d'un débat télévisé

REGIONALES Après des échanges vifs sur le plateau de France 3, les candidats de LR et du RN aux régionales en Occitanie ont eu une vive altercation en coulisses, au point qu’un journaliste a dû s’interposer

Béatrice Colin

— 

Aurélien Pradié (LR) et Jean-Paul Garraud 5RN), deux candidats aux élections régionales, ont eu une vive altercation en marge d'une émission politique de France 3 Occitanie.
Aurélien Pradié (LR) et Jean-Paul Garraud 5RN), deux candidats aux élections régionales, ont eu une vive altercation en marge d'une émission politique de France 3 Occitanie. — N. MESSYASZ - A. ROBERT / SIPA
  • Dimanche, l’émission politique de France 3 Occitanie était dédiée à la droite, en présence des candidats aux régionales, Aurélien Pradié (LR) et Jean-Paul Garraud (RN).
  • Après un vif débat en plateau, les deux candidats ont eu une altercation en coulisses, amenant un journaliste à s'interposer entre les deux hommes.
  • Le candidat LR dénonce l’attitude et les méthodes de son rival RN, quand sur les réseaux sociaux les partisans du parti de Marine Le Pen l’accusent de vouloir faire le buzz.

« Où va la droite ? », c’était le thème de l’émission « Dimanche en politique » diffusée ce 21 mars sur France 3 Occitanie. Lors de l’enregistrement, deux jours plus tôt, le débat avait été vif sur le plateau entre le député du Lot, Aurélien Pradié (LR), et Jean-Paul Garraud (RN), tous deux candidats aux élections régionales de juin prochain.

Mais c’est en coulisses que le duel a dégénéré. Une information dévoilée par Aurélien Pradié dans un tweet posté dimanche.

Un journaliste s’interpose

« Lors du débat, j’ai voulu montrer que je n’avais aucune volonté de fusion avec le Rassemblement national, j’ai rappelé l’amendement Garraud qui voulait affaiblir les droits des femmes alors que je me bats pour les défendre à l’Assemblée. En sortant du plateau, je l’ai entendu vociférer et dire "on m’avait dit que c’était un petit con". J’ai fait demi-tour et je lui ai dit qu’il avait le droit d’être hystérique, mais que je ne tolérais pas qu’on m’insulte. Il a continué à me traiter de minable », raconte Aurélien Pradié à 20 Minutes.

Des propos et un premier acte que confirme le présentateur de la chaîne, Laurent Dubois. Mais loin de s’arrêter là, l’accrochage s’est poursuivi dans le couloir de la chaîne publique, « la tension est encore montée d’un cran au point que nous avons dû intervenir physiquement pour séparer les deux protagonistes », a expliqué le journaliste ce lundi à l’antenne.

Pendant que le candidat RN passe au démaquillage, selon Aurélien Pradié, un membre de l’équipe de Jean-Paul Garraud l’aurait abordé en lui disant « toi, il faut qu’on te calme », avant d’être sorti du hall par la sécurité de France 3. Ce que conteste le candidat du RN pour qui son directeur de campagne aurait simplement dit « Tenez-vous », a-t-il indiqué au Parisien. Et d’ajouter sur Twitter que le numéro 3 des Républicains n’avait qu’à porter plainte.

« Des méthodes du FN bien connues : intimidations, insultes, attitudes violentes… Comme à mon égard lors de réunions ou à mon domicile, dans ma vie privée… Oui, l’extrême droite attaque les femmes, leurs droits, dont celui de disposer de leur corps ! », a réagi de son côté la présidente socialiste de la Région, Carole Delga, après le dévoilement de cette altercation entre ses deux adversaires.

Si du côté du RN on dénonce un « buzz » volontaire du candidat LR, de son côté Aurélien Pradié pense que cela montre « les contradictions du RN qui se dit irréprochable, or on ne devient pas président de la Région quand on perd ses nerfs, et il ne lui a pas fallu vingt-cinq minutes pour se démasquer ».

A trois mois du scrutin, la campagne des régionales en Occitanie s’annonce d’ores et déjà des plus corrosives.